CGT-Dassault-Argenteuil
Tel : 01.34.11.82.76
Fax : 01.39.47.43.67
Chez Dassault Aviation, les SUPER-RICHES VONT SUPER-BIEN !!!
Vign_gros

Jeudi 15 février aura lieu la 4ème réunion NAO salaires. Pour la CGT il y a un décalage entre les demandes insistantes de la direction pour qu’il y ait de plus en plus de salariés en équipe, les samedis, et les rémunérations de nos  dirigeants qui ont explosés !

 La CGT revendique 6% d’augmentation générale pour tous ! Pour ceux qui pensent que cela est utopique, vous pourrez constater que les rémunérations de nos PDG et Mandataires sociaux n’ont jamais été aussi hautes !

 

2008

Rémunération fixe/an PDG Mr Edelstenne

AG PDG 2008/2016

AG Salariés 2008/2016

667 170 €

+ 291 %

+ 9.2 %

(en Allemagne + 27 %)

2016

Rémunération PDG Mr Trappier

3 272 218 €

 

 

Mandataires Sociaux

Rémunérations

Rémunérations Mandataires

Rémunérations Salariés

2008

Serge Dassault

451 148 €

1 182 318 €

636 900 000 €

Charles Edelstenne

731 170 €

2016

Eric Trappier

3 272 218 €

5 047 197 €

726 821 000 €

Loik Segalen

1 774 979 €

Evolution en %

+ 227 %

+ 14,12 %

 

 

Alors, 6 % d’Augmentation Générale pour TOUS, impossible ?

Certainement pas !!! ARNAQUE SUR NOS SALAIRES ! ARNAQUE SUR LA MOBILITE A MARTIGNAS !

 

ARRET DE TRAVAIL DEMAIN MARDI 13 FEVRIER

9H30-10H à l’Aménagement Rafale - Equipiers ½ heure en fin de poste

 

ARRET DE TRAVAIL SAMEDI 17 FEVRIER 5H00-12H

(Nous avons proposé à nos collègues des autres organisations syndicales de se joindre à nous)


Tels des perroquets, les « petits chefs » exercent des pressions verbales sur les salariés lors des Flash 5 pour les dissuader de faire grève :

 « C’est interdit de faire grève » « celui qui fait grève recevra une lettre de convocation chez le chef du personnel », etc…

 La CGT informe ces salariés que le droit de grève est un droit reconnu et garanti par notre constitution et que l’atteinte au droit de grève est passible de sanctions civiles et pénales.

 La CGT engage ces agents de maitrises à cesser ces pratiques rapidement.

 Pour les faire  cesser, les réponses collectives sont
les meilleures que l’on puisse donner !!!
Pour avoir des salaires décents et une augmentation de 6% d’AG pour tous !!!

ARRÊT DE TRAVAIL DEMAIN MARDI 13 FÉVRIER

9H30-10H à l’Aménagement Rafale - Équipiers ½ heure en fin de poste

 

ARRÊT DE TRAVAIL SAMEDI 17 FÉVRIER 5H00-12H

  Grèves, cette semaine chez Dassault :

 Mardi : Argenteuil
Mercredi : Biarritz et Argonay
Jeudi : Mérignac et Martignas
Vendredi : Seclin et St Cloud
Samedi Argenteuil
                                                                                     Argenteuil, lundi 12 février 2018

 
Vign_ob_3d3c4f_greve-redaction-postfr-l-fnze5e

Appel à la grève
Samedi 10 février 2018,
de 5h00 à 12h00

Tract :  ICI

Compte-Rendu de la 3ème réunion NAO Salaires du 01 février 2018
Vign_pierre

 

Jeudi 1er février s’est tenue la 3ème réunion des NAO salaires. Encore une  fois, vos élus se sont indignés du décalage entre les propositions salariales de la Direction Générale et l’effort qui est demandé aux salariés : programmes avions, augmentations des cadences Falcon et Rafale, travail de nuit, travail du samedi imposé, etc…

 

 

 

Avec une augmentation générale inférieure à l’inflation pour 2017 (1,2 %) et à celle prévue en 2018 (1,6 % pour les 6 premiers mois) chaque salarié verrait son pouvoir d’achat diminuer durablement.

  La CGT a de nouveau interpellé la DG quant à l’obtention d’un plan conséquent et chiffré d’embauches afin de répondre aux objectifs fixés par la DG. La direction répond que « ce plan sera équivalent à celui de l’année 2015 », sans pour autant nous fournir les chiffres. Aucune précision non plus sur le type « d’augmentation d’effectifs » : intérimaires ou vraies embauches en CDI Dassault ? La direction ne répond pas.

 Salaires
Voici les nouvelles propositions de la Direction Générale
pour relancer la dynamique:

 Non-Cadres :

 AG  = 1,0 % (sans revalorisation des minis des grilles, pour l’instant)

 AI    = 1,1 % avec un plancher de 19€ (dont  0,3 % dédié à la prime d’ancienneté).

 Revenu Minimum Garanti (RMG) = 2150 €.

 

Cadres :

 AG  = 0,0 %.

 AI   =  2,4 %  (aucun chiffre sur les augmentations conventionnelles et aucune mesure spécifique pour les jeunes).

 Prime d’ancienneté = la DG continue de s’y opposer.

 

Toutes catégories de salariés :

 Prime RAFALE Qatar = 0€

 Création commission de suivi des AI : pas pour le moment.

 Égalité femme/homme : pas de budget spécifique.

 Égalité des pourcentages cadre/non-cadre : la DG s’y oppose.

 

 

Commentaire CGT

 

La CGT reste très réservée quant aux résultats du prétendu « plan d’embauches significatif » censé permettre à tous les sites de voir leurs effectifs augmenter.

 

A Argenteuil, nous nous trouvons dans une situation ubuesque où la direction met la pression aux salariés pour faire des heures sup’ alors qu’elle est en train de vider l’établissement (-105 en 1 an) !

 

Les salariés sont aujourd’hui tiraillés entre leur volonté de bien faire leur travail et les mauvaises décisions prises par les dirigeants.

 

Tout le monde se rend bien compte qu’imposer  aux salariés de venir travailler le week-end et la nuit est contre-productif !

 

Ce qui se cache, à terme, derrière le « Samedi Travail Obligatoire » c’est l’application des demandes du patronat de métallurgie, à savoir le relèvement du plafond annuel des heures sup’ à 440h/an au lieu de 220h/an actuellement.   Le Travail 6 jours sur 7 !

 

Pourtant, un salarié respecté, bien payé, disposant de suffisamment de temps libre pour concilier vie privée et vie professionnelle, c’est infiniment meilleur… pour l’entreprise elle-même mais aussi pour l’économie toute entière ! Toutes les études le prouvent.

 

C’est pour cela que la CGT demande  6 % d’augmentation générale pour toutes les catégories. Il est important de redonner de l’envie aux salariés et de leur permettre de voir plus sereinement leur avenir.

 

Argenteuil, lundi 5 février 2018

COMPTE RENDU DES ÉLUS CGT Réunion de C.E du 30 JANVIER 2018
Vign_3473758482

En préambule à cette réunion du Comité d’Établissement, les élus sont une nouvelle fois intervenus fortement pour dénoncer le souhait de la direction d’instaurer le Samedi Travail Obligatoire. Cette décision prise de façon unilatérale et incohérente de la part de la direction ne peut que créer tension, démotivation et ambiance délétère sur l’établissement.

Notre Direction locale, toujours aussi psychorigide et sourde à tout argument a une fois encore été à la hauteur de sa réputation…. Nous sommes bien loin du discours tenu lors des vœux (envoyé aux cadres par mail) sur le « bon sens de sa Grand-mère » !!!

 

Effectifs :
Nous sommes 818 salariés actifs Dassault (-105 salariés en 1 an) et 287 salariés précaires (intérimaires, prestataires, sous-traitants sur place).

288 salariés sont en équipe, ce qui représente 78 % de l’effectif « production ».

Magasins Réception / Expédition et Visserie :
La direction sous-traite ces secteurs à l’entreprise DAHER à partir du mois d’avril pour la visserie et fin 2018 pour Réception/expédition. Les 8 salariés Dassault concernés seront réaffectés dans d’autres services. 

Mobilité :

 

Depuis janvier 2017, 41 salariés ont été mutés sur d’autres sites :

 

Argonay : 2
Biarritz : 9
St Cloud : 17
Istres : 5
Poitiers : 1
Mérignac : 4
Martignas : 2
Seclin : 1

55 autres mutations sont planifiées pour 2018 (pour Mérignac et Martignas principalement).  66 autres salariés sont encore demandeurs pour aller ailleurs.

Reclassements des salariés des services délocalisés :

Les 24 salariés ne souhaitant pas suivre leur service en province seront reçus par le chef du personnel fin février/début mars afin de trouver une nouvelle affectation. La direction considère que les quelques postes disponibles sur « la bourse d’emploi » ainsi que les postes actuellement occupés par les « précaires »  (intérim, presta, sous-traitants) permettront de trouver une solution pour tout le monde. 

Etat des commandes civiles et militaires :
La direction nous a présenté les cadences Falcon et Rafale pour l’année 2018 :
Pour le Falcon toute familles confondues, le T1 passe de 3,3/mois au premier trimestre à 5 en fin d’année, pour le T12 de 4 à 5. L’objectif étant de livrer 39 T12 cette année (+11 par rapport à 2017).
Pour le Rafale, Tronçon 1-25 cadence 2 au premier trimestre avec une montée en cadence sur l’année pour finir au 4ème trimestre a cadence 2,5. Pour les fuselages aménagés, la direction prévoie une « cadence lissée » de 2 appareils par mois. L’objectif de livraison pour 2018 est de 21 fuselages aménagé (+ 5 par rapport à 2017 !).


COMMENTAIRE CGT :

 La multiplication des salariés en équipe, le Samedi Travail Obligatoire, l’hémorragie des effectifs doivent tous nous interpeller !!! La C.G.T intervient depuis des années sur la nécessité d’embaucher pour remplacer les départs en retraite prévus dans les années à venir et pour faire face aux charges de travail.

 A la question des prévisions d’embauche pour 2018, la direction reste encore très floue et ne donne aucun chiffre ! Pourtant il y a URGENCE à embaucher, les prévisions de départ pour 2018 vont encore fragiliser l’établissement d’Argenteuil. 55 départs sont planifiés dans le cadre de la mobilité, 33 pour des départs en retraite.

 Ce mois-ci, encore, la charge de travail est de plus de 65 000 heures/mois, largement au-dessus du potentiel industriel évalué à 53 000 heures (nombre d’heures de travail réalisable avec l’effectif actuel). Rien que pour répondre à la charge ce sont 80 salariés à temps plein qu’il faudrait embaucher immédiatement.

 Travail en équipe, du samedi, heures supplémentaires ne sont pas des solutions durables, efficaces, au manque de personnels. Ces modes de travail qui se traduisent par des contraintes pour les salariés ne sont pas un signe de bonne santé de l’entreprise.

 Pour la C.G.T, il est temps de mettre en place une politique sociale pour développer le meilleur de nos atouts : le personnel, car la question qui est posée aujourd’hui est bien :

 Comment va-t-on étudier et fabriquer les avions de demain ?

Comment rester passif face à l’offensive de nos directions, aux attitudes et décisions de droit divin des dirigeants d’entreprises, au nom des sacro-saints profits, qui broient les emplois, le tissu social et nos vies de famille ?!

Comment se résigner à ne pas bénéficier du fruit de notre travail, à voir année après année notre pouvoir d’achat diminuer faute d’augmentations de salaires suffisantes ?

 La « paix sociale » ne sera pas à l’ordre du jour de notre cahier revendicatif tant que la justice sociale ne sera pas rétablie !!! La lutte pour le progrès, pour un avenir meilleur, est plus que jamais d’actualité !

 Ne dit-on pas que « celui qui veut faire quelque chose, trouve un moyen et celui qui ne veut rien faire trouve une excuse ! »

La CGT Dassault Argenteuil revendique l’ouverture immédiate de négociations pour la mise en place d’un plan d’embauche permettant de livrer les fuselages sans imposer les samedis aux salariés. Nous appelons tous les salariés à la grève pour appuyer cette demande :

 

Grève vendredi 2 février 2018  de 10h à 10h30
Équipiers du soir ½ heure en fin de poste

Grève samedi 3 février 2018 de 5h00 à 12h00
Aucun préavis ni badgeage ne sera nécessaire. Comme pour toutes les grèves, c’est à la maitrise de faire simplement le constat de l’absence.

 

Argenteuil, jeudi 1 février 2018

Le STO : Samedi Travail Obligatoire ???
Vign_index

La Direction locale a provoqué une réunion de CE Extraordinaire la semaine dernière pour tenter d’imposer des heures supplémentaires le samedi à certains salariés, l’objectif annoncé : « sauver la boîte ».

Le problème c’est qu’aucune démonstration n’est faite aux salariés par la direction pour expliquer en quoi venir travailler le samedi à 5h du mat’ va régler les problèmes d’approvisionnement et la mauvaise organisation du travail !

L’impression donnée est que ce sont les 5 experts extérieurs (Saint-Cloud et Biarritz) ainsi que la Direction Locale qui souhaiteraient se couvrir en expliquant qu’ils auraient tout essayé pour faire avancer la sortie des fuselages.

Les 5 experts étaient forcés de proposer quelque chose... sinon à quoi auraient-ils servi ??? Bravo pour cette idée déplorable que de forcer les salariés à venir travailler les samedis sans au préalable s’assurer qu’il y aura une charge de travail !

Dans les ateliers certains chefs, bons collaborateurs, ont déjà commencé à mettre la pression aux salariés : « viens samedi sinon tu seras sanctionné », « tu n’as pas le droit de faire grève », etc. D’autres, au contraire, ont pris leurs responsabilités et n’ont inscrit personne pour les samedis ! Merci à eux. Ce matin il y a même déjà eu une grève surprise ce matin dans le secteur UTP du hall 2000 ! BRAVO !

Le droit de grève : Le droit de grève est un droit inscrit à l’article 7 du préambule de la constitution de 1946, lui-même référencé dans la constitution de 58, le droit de grève est un droit constitutionnel !

Code du travail : articles L1132-1 à L1132-4 : Interdiction de toute sanction, discrimination ou de licenciement en cas d’exercice normal du droit de grève !

Aucun badgeage n’est nécessaire !

 

La CGT Dassault Argenteuil estime au contraire que la solution la plus efficace industriellement et socialement pour fabriquer de bons avions consiste à embaucher les salariés nécessaires, à réduire le temps de travail à 32h par semaine, réorganiser le travail en faisant confiance aux savoir-faire des compagnons, recréant des stocks société suffisants, etc.

La CGT Dassault Argenteuil revendique l’ouverture immédiate de négociations pour la mise en place d’un plan d’embauche permettant de livrer les fuselages sans imposer les samedis aux salariés. Nous appelons tous les salariés à la grève pour appuyer cette demande.

Grève vendredi 2 février 2018  de 10h à 10h30

Grève samedi 3 février 2018 de 5h00 à 12h00

mardi 30 janvier 2018

Mutations à Mérignac, Martignas et Seclin : Entourloupe sur les conditions de mobilité !
Vign_tract_mobil

Tract n°1 du mardi 23 janvier 2018 : ICI

Tract n°2 du mardi 30 janvier 2018 : ICI

Compte-Rendu 2ème réunion NAO Salaires du 25 janvier 2018
Vign_fouet

Emploi : interpellée par la CGT quant à la nécessité d’un plan d’embauches audacieux afin de pallier à la chute drastique des effectifs et des savoir-faire, la Direction confirme un « pilotage à vue » de l’organisation de la société. « Maintenant on laisse place à la sous-traitance, l’intérim, les heures-supplémentaires, le travail du samedi, et potentiellement des embauches ciblées (aucun chiffre annoncé).

 

Voici les premières propositions salariales concrètes de la DG pour relancer une dynamique motivante, en plus du STO (Samedi Travail Obligatoire) :

Non-Cadres :

 AG   = 0,9 %   (Exemple : 14,40 € d’AG pour un salarié à 1600€/mois).

 AI     = 0,9 % (dont 0,3 % dédié à la prime d’ancienneté).

 Revenu Minimum Garanti (RMG) = 2150 € (ce qui concernerait une centaine de salariés).

 Minimum 13ème mois = aucune proposition de revalorisation.

 

Cadres :

 AG  = 0 %.

 AI   =  2,1 %  (aucun chiffre sur le conventionnel et aucune mesure spécifique pour les jeunes).

 Prime d’ancienneté = la DG s’y oppose.

 

Toutes catégories de salariés :

 Prime Rafale Qatar = 0 €

 Égalité femme/homme : moins de 0,1 % du budget sera prélevé sur les augmentations pour rééquilibrer les salaires femme/homme à poste, ancienneté et âge équivalent.

 Égalité des pourcentages cadre/non-cadre : la DG s’y oppose

 

      Commentaire CGT :

 

Nous avons commencé la réunion par rappeler les chiffres prévisionnels de l’inflation prévue par l’INSEE pour les six premiers mois de 2018 : + 1,6 %

Cela signifie, que pour un simple maintien du pouvoir d’achat des salariés pour l’année 2018, la Direction devrait nous donner 3,2 % d’AG (si la croissance se maintien sur un an). Dans le cas contraire, chaque salarié verrait son niveau de vie diminuer.

 

C’est pour cela que la CGT demande + 6 % d’augmentation générale pour toutes les catégories.

 

La CGT et la CFDT réclament l’égalité des pourcentages d’augmentations entre cadres et non-cadres. La CGC, elle, tient à cette différence…sans pouvoir la justifier.

 

À présent il appartient aux salariés, par la mobilisation, de faire évoluer les premières propositions !

Le lundi 29 janvier 2018

Congés 2018-2019
Vign_fa1a5fab11047cc89837e4bee0bed0b3

Info de dernière minute :

La mobilisation des salariés a  fait reculer la direction.

 Nous disposons maintenant librement des 4ème et 5ème semaines
de congés légaux.
La nouvelle proposition de notre PDG sur les congés vient d’être signée.

CCE du 18 janvier 2018
Vign_gir

 

Retrouvez la déclaration des élus CGT au CCE  : ICI

Le compte rendu CGT est : ICI

Projet Saint Ouen l'Aumône - Page 1
Vign_p1

Tract en PDF :  ICI

Projet Saint Ouen l'Aumône - Page 2
Vign_p2

Tract en PDF : ICI

Projet Saint Ouen l'Aumône - Page 3
Vign_p3

Tract en PDF : ICI

Projet Saint Ouen l'Aumône - Page 4
Vign_p4

Tract en PDF : ICI

Négociations Annuelles Obligatoires 2018
Vign_salaire

Le sujet des salaires n’apparait peut-être pas pour tout le monde comme la priorité du moment.

Oui les doutes et inquiétudes concernant l’avenir de notre établissement nous poussent tous, « naturellement », à ne pas mettre la priorité sur les batailles salariales, mais est-ce la meilleure attitude à avoir ?

Les gains ou les pertes issus des NAO s’appliqueront pourtant dans tous les établissements, de Seclin jusqu’à Istres,  et resteront pour les années qui viennent !

C'est pourquoi la délégation CGT aux NAO a formulé encore cette année un cahier revendicatif (ICI) auprès de la direction générale : égalité en % des augmentations cadres et non-cadres (ces inégalités qui perdurent depuis des années sont inacceptables, elles ne sont d'ailleurs soutenues que par une seule organisation syndicale, la CGC), égalité homme/femme, une augmentation générale des salaires en 2018 de 6 % pour toutes les catégories, ...

La CGT appelle les salariés à se mobiliser pour les NAO 2018 à nos côtés : toutes les batailles sont utiles, pour le court terme ou le long terme, c’est en maintenant la pression que les conquêtes sociales avancent. 

Depuis 10 ans, nous avons fait notre propre expérience des promesses de la direction générale : que le cours du dollar soit favorable ou non, que des contrats Rafale exports soient signés ou pas, que les Falcon se vendent bien ou mal… c’est toujours le même résultat : environ 100 millions de dividendes pour les actionnaires et moins de 1% d’augmentation de salaire pour les salariés, sans parler de l'augmentation des rémunérations de nos PDG !  

Le partage des richesses ne changera pas tant que les salariés ne s’occuperont pas eux-mêmes de forcer la direction générale à revoir ses calculs !

Le syndicat allemand de la métallurgie IG Métall, fort de 2,3 millions d’adhérents, lance aujourd’hui un mouvement de grèves et de débrayages dans tout le pays pour revendiquer 6% d’augmentation des salaires et l’instauration de la semaine de 28 heures.  700 000 grévistes annoncés !    Pour la CGT c’est l’exemple à suivre !  

Un salarié respecté, bien rétribué, disposant de suffisamment de temps libre pour concilier vie privée et vie professionnelle, c’est infiniment meilleur pour l’entreprise elle-même et pour l’économie tout entière ! Toutes les études le prouvent !

La prochaine réunion de NAO aura lieu jeudi 11 janvier, le thème de celle-ci sera les dates des jours de congés imposés (pétition sur tous les sites demain midi). Le thème des salaires sera abordé lors de la réunion suivante, le jeudi 18 janvier.

Argenteuil, lundi 8 janvier 2018

NAO 2018 : Compte rendu de la 2ème réunion sur les congés 2018-2019
Vign_avantages-acquis

Pour cette réunion sur le temps de travail, mardi 19 décembre, la CGT était représentée par : Éric LISION (Saint Cloud), Jean Jacques LAVILLE (Martignas), Sébastien MONCHY (Seclin) et Christophe BRISE (Biarritz). 

 En préambule, la CGT et la CFDT ont lu une déclaration commune revendiquant que la 4ème et la 5ème semaine de congés légaux soient à la libre disposition des salariés.

 La CGC, rencontrée le matin avant la réunion pour tenter de trouver une « position commune », n’a pas souhaité pas se joindre à cette déclaration commune, estimant que l’imposition de la 4ème semaine n’est pas un problème !

 

Dès le démarrage de cette réunion, la direction générale a confirmé son recul sur les 2 jours de fermeture qu’elle souhaitait imposer précédemment (2 et 3 janvier 2018). Le mécontentent et surtout les débrayages ayant eu lieu à Argenteuil, Seclin et même St Cloud  ne sont certainement pas étrangers à ce changement (certes encore insuffisant), quoi qu’en disent les agents de maitrise…

Donc, les nouvelles propositions de la DG sont:

·                   1, 2 et 3ème semaine de congés légaux : du 20 juillet au 13 aout non inclus.

·                   4ème semaine : accolée avant ou après, au choix de la direction de chaque établissement (13 au 20 juillet ou 13 au 20 aout).

·                   5ème semaine de congés légaux : 7,9 et 11 mai 2018 + 2 jours à libre disposition.

·                   8 jours de RTT collectifs : 24 au 28 décembre 2018 + 31 décembre 2018 + du 2 au 4 janvier 2019.

·                   2 jours de RTT collectifs : 2 novembre 2018 et 31 mai 2019.

 Au cours de la réunion, la Direction Générale a fait une autre suggestion :

 ·                   La récupération du 15 août à libre disposition pour les salariés dont l’établissement aura fait le choix de bloquer la 4ème semaine du 13 au 20 aout 2018.

 Cette dernière négociation de bout de chandelle est ridicule. La direction voudrait négocier les jours un par un… et l’année prochaine pourquoi pas heure par heure ?!

Cela dépendra de la réaction…ou non … des salariés !
       Sans rapport de force plus conséquent  il ne faut rien espérer de mieux !


La Direction soumettra demain un nouveau projet d’accord.


Commentaire CGT :

Une fois de plus la Direction Générale fait du saupoudrage et n’a pas l’air décidé de laisser beaucoup de place à la négociation.

 Pourquoi vouloir imposer la totalité de nos congés sachant qu’elle va solliciter comme chaque année certains salariés pour venir travailler ? Son prétexte est pourtant d’imposer des jours de fermeture pour limiter les frais fixes (électricité, chauffage, etc…) !

 La CGT est revenue fortement sur le fait que la libre disposition des congés est une nécessité pour l’ensemble des salariés. Ce n’est pas à la direction de décider le moment où les salariés ont besoin de repos ! Le slogan de Marcel Dassault « un travailleur heureux est un travailleur productif » est d’autant plus vrai aujourd’hui…

 

Pour mémoire, dans les années antérieures avec 90 avions livrés, nous n’avions que 2 ou 3 semaines imposées suivant les établissements.

 

Interpellé par la CGT sur cette incohérence, M.PETIT n’a pas su démontrer le gain de productivité attendu par la Direction Générale sur les mesures de blocage collectif des 5 semaines de congés.

 Une direction qui voudrait « dégouter » les salariés ne ferait pas autrement…

 Le décor est planté pour les NAO 2018, avec une direction qui continue à presser les salariés et qui reste sourde aux attentes de ceux-ci.

 D’ores et déjà, nous alertons la Direction que les montées en cadence RAFALE et les nouvelles charges à venir seront compliquées à atteindre, compte tenu de persistance d’absence de dialogue social.

 

Dès janvier, la CGT d’Argenteuil, outil à votre disposition, consultera l’ensemble du personnel au restaurant d’entreprise afin de savoir quelles initiatives vous souhaiteriez mettre en place pour ces NAO 2018.

 

 

L’ensemble des syndiqués CGT vous souhaitent
de bonnes fêtes de fin d’année.

 Profitez bien de cette belle conquête sociale que représentent les jours de Réduction du Temps de Travail.

 Argenteuil, jeudi 21 décembre 2017

Compte Rendu 1ère réunion des NAO 2018 sur les salaires - 21 Décembre 2018
Vign_scie

Cette première réunion a servi à la remise des documents obligatoires sur l’évolution des effectifs et des salaires durant cette année 2017. Une nouvelle fois, ces documents ne permettent pas une juste analyse de la situation femmes/hommes, de l’emploi, des qualifications et des rémunérations. En effet, par exemple, la catégorie des cadres avec un indice supérieur à 100 n’est pas divisée, aucune différence n’est faite entre les P1, P2 et P3.

De son côté la CGT a déposé lors de cette réunion son cahier revendicatif  (ICI) à la Direction Générale.

 

Effectifs 2017 :

La limite historique de 2000 spé-fab minimum, permettant d’assurer la fabrication de nos avions, n’existe plus pour M. Trappier. En seulement un an nous sommes passés de 2008 à 1861 spé-fab (-7%) avec un record pour Argenteuil qui perd 105 salariés.

La CGT considère que cette politique est incompréhensible compte tenu des attentes de la Direction Générale souhaitant progresser sur la qualité de nos avions.

 

  Effectifs 2016

Effectifs 2017

Évolution 2016-2017

Argenteuil

951

846

-105

Argonay

447

440

-7

Biarritz

926

897

-29

Istres

643

646

+3

Martignas

429

422

-7

Mérignac

1353

1398

+45

Poitiers

125

118

-7

Seclin

271

261

-10

Saint-Cloud

3099

3018

-81

 

Un autre phénomène inquiétant est le doublement des salariés ayant recours à une démission ou à une rupture conventionnelle. Ils sont désormais près d’une centaine à avoir quittés la société de cette manière. Pour la CGT c’est un signal clair et une sanction aux changements de la politique salariale et sociale de notre société (imposition des congés, progression des salaires, perspective d’évolution de carrière, choix industriels de nos dirigeants, etc.). Sur ce point M. Petit estime que cette augmentation du nombre de démissions est due à l’évolution sociétale en France et au fait qu’il y a eu une vague d’embauche en 2015. La Direction estime donc que si les démissions augmentent en 2017 c’est parce que la société a embauché en 2015. Pourtant la vague d’embauche de 2007-2008 n’a pas conduit à un doublement des démissions les années suivantes.

La capacité de nos RH à ne pas voir le résultat de leur politique d’austérité est affligeante !

 

Masse salariale :

Une nouvelle fois en 2017 les augmentations de salaire des cadres sont supérieures aux augmentations des non-cadres en pourcentage. Pour vos élus CGT cette différence n’a pas lieu d’être puisque les rémunérations prennent déjà en compte la différence de niveaux d’études. Actuellement le salaire moyen d’un cadre>100 est de 75 806 € brut/an alors qu’il est de 34 077 € brut/an pour les non-cadres. C’est pourquoi la CGT demande à chaque NAO que les augmentations soient équivalentes en pourcentage pour les cadres et les non-cadres. De plus, le nombre de bénéficiaires d’une AI, pour les filières 210/212 et ETAM, est en baisse de 25 % par rapport à 2016.

 

Congé de Fin de Carrière (CFC) :

Selon la Direction une majorité des salariés ayant recours au CFC sont des non-cadres venant des ateliers. Pour l’année 2017, 32 personnes sont partis via ce dispositif et actuellement 179 salariés sont en congé de fin de carrière. Pour l’instant toutes les demandes de CFC ont été acceptées. Mais, selon la Direction, ce ne sera peut-être plus le cas pour les prochaines demandes au regard des montées en cadence civil et militaire.

 

Égalité femmes/hommes :

La CGT relève une importante disparité de traitement salarial entre les hommes et les femmes de la catégorie cadre indice >=100 : 67 152 € brut/annuel pour les femmes contre 77 760 € brut/annuel pour les hommes (avec une moyenne d’âge équivalente). Le discours de la Direction Générale change sur le sujet, il existe maintenant bel et bien une différence qui est due à un plus grand nombre de femmes embauchées venant de « petites » écoles d’ingénieurs.

La CGT revendique que la Direction change sa politique salariale à l’embauche qui pénalise les femmes durant toute leur carrière.

 

Ascenseur social :

Nous pouvons constater que sur un an les effectifs de spé-fab aux coefficients 285 et 305 (les 2 plus gros coefficients de la filière atelier) ont diminués, passant de 1091 à 1027 (-6%). Cette baisse s’explique par une volonté de la Direction de ne plus faire monter en compétence et en qualification le personnel des ateliers. Ce choix se combine avec celui de la réduction des effectifs des spé-fab.

Pour la CGT, la Direction devrait au contraire augmenter les moyens dédiés aux équipes d’étude et de fabrication de nos avions.

 

 

Commentaires CGT


La CGT ne cautionne pas cette baisse drastique des effectifs telle que la Direction Générale l’applique. Celle-ci induit depuis des années une perte de savoir-faire engendrant au final une perte de qualité tant en conception qu’en fabrication de nos avions.

 

La non-reconnaissance des compétences des salariés, par un manque d’évolution professionnelle, démotive l’ensemble du personnel et créé un mal-être au travail.

 

L’imposition des congés, la baisse des effectifs et la politique salariale au rabais atteignent aujourd’hui un niveau sans précédent chez Dassault. Il est temps aujourd’hui que les salariés réagissent tous ensemble pour changer la politique de la Direction.

Argenteuil, jeudi 21 décembre 2017

Imposition des congés : un pas de plus vers la régression ?
Vign_vacance

 

Hier s’est tenue à St Cloud la première « réunion NAO »  dont l’objet était de prendre connaissance de la première proposition des dates des jours de congés de la part de la Direction Générale.

 

Voici les dates proposées par la direction:

 -        1, 2 et 3ème semaines de Congés légaux : du 20 juillet au 13 août 2018

-        4ème semaine : accolée avant ou après, au choix de la direction de chaque établissement (13 au 20 juillet 2018  ou du 13 au 20 août 2018).

-        5ème de congés légaux : 7,9 et 11 mai 2018 + 2 novembre 2018 + 31 mai 2019

-        2 jours de RTT collectives : 2 et 3 janvier 2018

-        8 jours de RTT collectives : 24 au 28 décembre 2018 + 31 décembre 2018 + du 2 au 4 janvier 2019.

 

Si la direction générale peut légalement décider seule des dates, elle ne peut pas sortir d’un certain cadre pour les fixer : du 1er mai au 31 mai de l’année suivante. Cette année un nouveau problème se présente : la direction souhaite par accord d’entreprise nous faire prendre des jours de RTT et des congés légaux par anticipation.

 

Pour être valable, un accord d’entreprise doit être signé par des organisations syndicales représentant plus de 50% aux élections des représentants du personnel.

 

Voici le poids des organisations syndicales représentatives sur le groupe :

CGT :   26.76%   ;  CFDT : 30.03%   ;   CGC :   34.88%

 

La CGT comme l’ensemble du personnel est contre l’imposition des congés. L’étalement de nos congés est nécessaire pour avoir des moments de régulation sociale avec nos familles. Laisser ouvrir la porte de l’imposition de nos congés par anticipation aurait des conséquences pour nos vies de famille.

 

Notre entreprise détient déjà depuis quelques années, le triste record des entreprises de la métallurgie où le nombre de jours de congés imposés est le plus grand… la moyenne dans les autres entreprises étant de 5 jours imposés au total !

 

Une prochaine réunion NAO sur cette question du temps de travail (congés légaux et RTT), se tiendra mardi prochain (le 19 décembre). En voulant nous imposer nos congés, la direction a donné le ton dans lequel elle souhaitait « négocier » les NAO 2018.

Les multiples signatures des contrats rafale à l'export ne cessent de se traduire par des régressions sociales pour les salariés !

Pour la CGT, gagner des augmentations de salaires, avancer sur la réduction du temps de travail avec l'ambition de la réduire à 32 heures, améliorer les conditions de travail, c'est avant tout construire un rapport de force avec l'ensemble des salariés.

Et pour cela, la mise en mouvement du plus grand nombre et le développement d’un véritable rapport de forces sera l’élément déterminant. Soyez attentifs à tout coup de sifflet dans la semaine. La direction va trop loin, ensemble nous devons arrêter le massacre !!!

                                                                                       Argenteuil, mercredi 13 décembre 2017

Le PDG visite Argenteuil
Vign_salaires-patron

 Visite du PDG à Argenteuil :
Retrouvez ICI la déclaration des élus CGT

Réunion mensuelle du Comité d'Etablissement : Compte rendu CGT
Vign_96

Effectifs : Nous sommes 833 salariés Dassault (-7 ce mois-ci). Le vidage d’Argenteuil ne ralenti pas (-103 en 1 an). Il y a 68 intérimaires, avec un pic à la Tuyauterie où un tiers de l’effectif est désormais en intérim !

Plan de restructuration : Service UTP : La machine Dufieux (usinage mécanique de panneaux) sera démontée mi-2018 pour être installée à Seclin.
 C’est la seule machine qui sera déménagée, les autres sont trop vétustes. Elles seront vendues entières, en pièces, ou ferraillées. L’usinage chimique sera complètement arrêté fin 2019. Les 25% de panneaux ne pouvant pas être usinés mécaniquement seront usinés chimiquement en Roumanie (Dassault sous-traite même la pollution !). Rappelons que Dassault a touché 3 millions d’€ d’argent public pour mettre fin à l’usinage chimique afin de réduire la pollution. Tout ça pour délocaliser la pollution dans un autre pays. Chapeau bas.

Service PPU : Fermeture complète du service fin 2018. Nous apprenons maintenant que 55% des pièces actuellement réalisées à Argenteuil n’iront pas à Seclin…elles partiront en sous-traitance.

Services Expédition - Réception – Visserie : Nouveauté du jour, la direction nous annonce qu’elle remet à l’étude un projet qui avait été enterré il y a quelques années : la « sous-traitance sur place » de ces services pour 2018 ou 2019.

Mobilité :

 

Depuis janvier 2017, 40 salariés ont été mutés sur d’autres sites :

 

Argonay : 2
Biarritz : 9
St Cloud : 16
Istres : 6
Poitiers : 1
Mérignac : 4
Martignas : 1
Seclin : 1

 

35 autres mutations sont planifiées pour 2018 (pour Mérignac et Martignas principalement).  71 autres salariés sont encore demandeurs pour aller ailleurs.

Reclassements : Nous sommes intervenus une nouvelle fois pour dénoncer l’absence de reclassement correct pour les salariés qui ne souhaitent pas suivre leurs services délocalisés. La direction botte en touche en expliquant qu’elle « suit le planning ». La direction profite du fait qu’il n’existe pas de traces écrites individuelles, les différents changements de postes se faisant « au volontariat ».

Nous invitons les salariés concernés des services PPU, CDE, TME, UTP, UFP, DGT PYRO à recopier le modèle de lettre au verso de ce tract et à l’envoyer en recommandé (cliquez ici).

Argenteuil, lundi 4 décembre 2017

Dassault SOA (Saint-Ouen l'Aumône)
Vign_20121024_153134_img2429

Une délégation CGT d’Argenteuil a été reçue par la Direction Générale de Dassault Aviation le 6 novembre 2017. Cette rencontre, demandée par vos élus depuis un an, nous a permis d’exposer notre projet « Un seul avenir possible : le progrès social ». Ce projet nous permet de défendre des valeurs fondatrices de la CGT : les salaires, les emplois, les déroulements de carrière, la recherche, l’environnement, la vie des salariés, …

 Nous avons consacré une grande partie de cette réunion à exposer la situation actuelle du site d’Argenteuil qui cristallise les inquiétudes suite à l’application du plan de la Direction Générale  « Piloter notre avenir ».

 En effet, la totalité des sites de la société voit leur activité s’élargir, sauf deux sites (Argenteuil et Poitiers), qui voient leur activité fortement diminuer suite aux décisions de la Direction Générale : départ de la PPU, de la Pyro, du CDE, de TME, du Labo, de l’UTP, etc.

 La Direction Générale est en train de vider Argenteuil (-103 salariés depuis octobre 2016). Cette hécatombe a été analysée au début de l’année par l’expert économique extérieur auprès du CCE : « L’annonce par la Direction en CCE du maintien à court terme des sites (de Poitiers et d’Argenteuil) n’en garantit pas l’avenir ». En effet, l’expert souligne que la baisse des effectifs décidée par la Direction Générale associée à un loyer exorbitant de 10 millions d’€ pénalise très fortement la rentabilité du site. Nous nous devions d’agir sans attendre face à cette analyse que nous partageons.

 C’est pourquoi, face au risque de la fermeture du site d’Argenteuil, la CGT d’Argenteuil a décidé pour le moment de ne pas s’enchainer aux machines et de proposer un projet alternatif permettant de préserver la vie des salariés et leur famille ne pouvant pas -ou ne voulant pas- accepter la mutation vers Mérignac, Martignas, Seclin, … Ce projet c’est la construction d’une usine neuve à Saint-Ouen l’Aumône.

 Après cette réunion la Direction Générale a écouté nos arguments et a finalement décidé de lancer une étude industrielle de notre proposition.

 Même si le « courrier compte rendu » de cette rencontre, envoyé cette semaine à tous les membres du CCE, laisse apparaitre quelques maladresses, retenons l’essentiel : la Direction Générale confirme le lancement de l’étude industrielle de Saint-Ouen l’Aumône, qui sera mis à l’ordre du jour d’une prochaine réunion du CCE.

 Si ce projet de Saint-Ouen l’Aumône existe, c’est principalement parce que la Direction Générale met en péril l’avenir du site d’Argenteuil et surtout l’avenir des salariés et de leurs familles.

 Nous sommes prêts à tout tenter, avec vous, pour éviter la casse des familles qui seront impactées par ce plan de transformation. C’est pourquoi nous présenterons dès le début de l’année prochaine notre étude industrielle d’installation à Saint-Ouen l’Aumône.

Argenteuil le 30 novembre 2017

Mutations ? Plan de départ au « volontariat » ? Où en est-on ?
Vign_image_tractos

La Direction Locale vient de convoquer la semaine dernière les salariés des services de la PYRO et du CDE pour faire un point sur la mobilité à Martignas et Mérignac. Lors de ces réunions la Direction Locale demande aux salariés concernés par la délocalisation de se positionner par écrit soit en émettant une « demande de mobilité au volontariat » soit un « refus de mutation » avant la fin de l’année 2017. Elle fournit même la lettre de volontariat et celle de refus :

« Je vous informe par le présent courrier que je refuse la mutation géographique vers le site de … qui m’est proposée dans le cadre du Plan « Piloter notre avenir » »

La Direction demande alors de répondre à une mutation qui n’existe pas puisqu’aucun salarié n’a reçu de lettre lui notifiant sa mutation.

Pire encore elle demande un refus de mutation écrit, signé et remis en main propre. Ce qui constitue selon le droit du travail un caractère fautif qui peut constituer une cause réelle et sérieuse de licenciement.

En effet votre opposition s’apparente à un manquement à vos obligations contractuelles (pour la majorité des salariés de Dassault avec une clause de mobilité dans leur contrat de travail).

Nous nous trouvons dans une situation ubuesque où la Direction Locale met la pression aux salariés pour accepter ou refuser une mutation inexistante. Votre syndicat CGT a d’ores et déjà saisie la Direction et l’inspection du travail  pour clarifier cette situation (voir mail au verso).

La Direction Locale ferait mieux de démarrer au plus vite les repositionnements et les formations afin de donner des perspectives à ceux qui restent, les grands oubliés de ce plan de transformation. L’inquiétude pour les salariés ne va que grandissante.

Nous sommes bien loin du discours tenu par notre PDG lors du CCE ou de la rencontre de lundi qui nous rappelait qu’aucune mutation ne sera forcée et que des solutions seront trouvées pour les salariés ne pouvant pas être « volontaires ».

Encore une fois si vous vous trouvez dans une situation difficile, si vous avez des doutes, n’hésitez pas à venir en parler à vos représentants syndicaux.

Argenteuil, mardi 14 novembre 2017

Compte-rendu de la rencontre avec le PDG hier soir
Vign_PS_17-03-08_PSP_9249-1

Hier soir, lundi 6 novembre, 3 de vos élus CGT (Y.Duigou, A. De castro, D. Jouanne) sont allés discuter avec la direction générale (E. Trappier, PDG ; Y. Petit DRH société ; L. Segalen, DG).

Ce rendez-vous hors du calendrier des réunions habituelles faisait suite à la demande de rencontre réclamée par la CGT depuis 1 an (premier courrier envoyé le 14/10/2016).

Notre objectif était simple :

1.    Faire remonter les inquiétudes des salariés d’Argenteuil concernant leur avenir ainsi que celui du site dans le cadre du plan de transformation.

2.    Expliquer de vive voix les propositions CGT (tract 4 pages Progrès social), et plus particulièrement la proposition de construction d’une usine neuve et moderne à St Ouen l’aumône.

Le rendez-vous a duré 1h30. Les discussions ont été franches et directes.

Avenir du site : Sans surprise, le PDG rappelle que « aucun site ne ferme ». Mais une fois rentrés dans les détails, c’est plus compliqué que ça ! Vos élus ont fait remarquer l’incohérence industrielle de certaines décisions : les aller/retours de fuselages Rafale Argenteuil-Biarritz-Argenteuil-Mérignac générés par la décision de délocaliser le service 1-41 complet à Biarritz. Le PDG reconnait que la situation manque de bon sens. Il explique que la logique voudrait que la spécialisation des sites soit complète : Fabrication des tronçons avant (T12) Falcon et Rafale réalisée au même endroit (à Argenteuil) et Aménagements des fuselages Rafale et Falcon faits au même endroit… « Argenteuil ou Mérignac », mais reconnait que aménager les Falcon à Argenteuil ça n’est pas possible, l’usine est trop petite pour des fuselages Falcon...

Concernant les surfaces qui seront laissées inoccupées à l’issue du plan de transformation (3 ou 4 hectares !), le PDG confirme que rien n’y est prévu et reconnait que cela ne favorise pas un climat de travail serein.

Usine moderne à St Ouen l’aumône : Nous avons exposé les raisons qui nous ont amené, depuis 2 ans, à travailler sur cette proposition : volonté de travailler dans une usine adaptée au 21ème siècle, avancée du Grand Paris, localisation des domiciles des salariés, nécessité d’investissements pour regagner la confiance des salariés,…

M. Trappier a été extrêmement attentif et la discussion a été constructive.  A l’issue de cette réunion, le PDG nous a annoncé qu’il nous rendra visite le mois prochain et surtout qu’il lance une étude industrielle de cette proposition.

 

Si cette annonce du PDG va dans le bon sens, la CGT reste vigilante et continuera avec l’appui des salariés d’interpeller les différents acteurs concernés.

Argenteuil, mardi 7 novembre 2017

Réunion du Comité d'établissement du mardi 24 octobre 2017
Vign_microph

 

Déclaration des élus CGT
Réunion du Comité d’établissement
 du 24 Octobre 2017

 

"Monsieur le directeur,

Comme chaque mois ou presque, les élus CGT siégeant dans cette instance essentielle qu’est le Comité d’Établissement vont alerter, prévenir et même, en toute modestie, conseiller les représentants de la direction que vous êtes.

Ce dialogue direct entre les représentants des salariés et les représentants de la Direction Générale est important et utile, pour faire en sorte de s’accorder pour un fonctionnement à peu près acceptable pour tous, même si vos intérêts sont divergents des nôtres.

L’obsession patronale qui est désormais de remplir toujours plus les poches des actionnaires s’accorde en effet difficilement avec les souhaits d’une majorité de salariés citoyens aspirant à travailler bien, moins, mais aussi à gagner un salaire décent sans être obligé de sacrifier sa vie de famille.

Ce difficile exercice du dialogue social pourrait même se compliquer encore plus si la Direction Générale choisissait de se diriger vers la fusion des instances rendue possible par l’actuel gouvernement.

Nous souhaiterions aujourd’hui connaitre la position formelle de la direction locale sur ce sujet.

Nous savons bien sûr que ce n’est pas vous M le directeur qui déciderez de la fusion ou non des instances. Tout comme vous avez su préconiser à la Direction Générale de ne pas aménager les Rafale indiens à Argenteuil, peut-être avez-vous déjà exprimé vos aspirations sur ce sujet ? Nous souhaiterions savoir.

Abordons maintenant le sujet qui inquiète le plus les salariés d’Argenteuil : l’avenir de notre site.

M Antoine, M Vivot, pour quelques milliers d’euros mensuels vous êtes en train, très concrètement, de vider l’établissement. Par votre action, vous collaborez activement avec des dirigeants dont le seul but est de dégager toujours plus de marges, non pas pour réinvestir dans l’outil de production mais pour s’accaparer les richesses produites par les salariés.

L’absence de vision industrielle, sociale, citoyenne est flagrante, vous ne pouvez pas le nier. Comme vos prédécesseurs, vous mentez ici et aujourd’hui tout comme ont menti hier les directeurs de PSA au C.E d’Aulnay.

Tous les salariés le savent, tous s’en rendent compte.

Les conséquences sont lourdes même si vous cherchez là encore à les cacher : l’usine est à l’arrêt. Sans appel à la grève, sans éclat de voix, tout s’est progressivement arrêté. Les problèmes de retards que vous agitez depuis des mois et qu’évoque même désormais la Direction Générale en CCE, sont largement surévalués. La réalité est bien plus simple : dans l’attente de savoir à quelle sauce ils seront mangés, les salariés ont tout simplement baissé les bras. Vous en êtes les seuls responsables.

 La Direction Générale est prise à son propre piège : elle n’a pas pu contrôler la vitesse de l’inévitable chute de la production.

Le retour d’une soixantaine d’intérimaires et les 150 salariés mis en équipe cette année n’y changent rien, les retards de livraisons continuent et continueront de se creuser.

Face à ce constat vous avouerez M Antoine que vos combats personnels pour les bouchons d’oreille et les affichages pirates apparaissent bien dérisoires. En Septembre dernier vous aviez expliqué par mail qu’il fallait « montrer à qui appartient le territoire et éviter l’épidémie »

Dans le même registre, vendredi soir dernier vous avez encore une fois perdu votre sang froid. Les agents de maitrise rassemblés pour l’occasion l’ont particulièrement mal vécu, les propos qui nous ont été rapportés sont absolument inacceptables. Vous auriez déclaré qu’ « il va falloir sortir le fouet pour forcer les salariés à venir travailler le samedi » et que « le seul prétexte valable pour qu’un salarié ne vienne pas c’est qu’il se soit tué sur la route ».

Votre agitation incontrôlée ne mènera nulle part. Vos discours militaires nous ramènent au Comité des Forges du 19ème siècle ! Les agents de maîtrise demandent des excuses de votre part.

 Il existe pourtant des solutions. Il faut rompre de toute urgence avec la restructuration en cours, se mettre autour de la table pour écouter et discuter des propositions des salariés et leurs représentants.

Où est l’Humanité dans la restructuration voulue par la Direction Générale ? Qui peut déménager et changer de vie - même plus ou moins volontairement - en quelques mois ? Les conjoints, les enfants, les parents âgés, la famille, …  qui les prend en compte ?

Les cellules d’accompagnement bidon vous donnent bonne conscience mais ne règlent pas les problèmes de fond. La casse sociale, pour ceux qui restent mais aussi pour ceux qui partent, va être énorme.

La CGT propose de régler les problèmes actuels en repartant sur de bonnes bases. Avec des salariés motivés impliqués, avec des perspectives de carrière, dans une usine du 21ème siècle.

Oui, vous l’avez deviné puisque nous parlons d’usine moderne ce n’est pas d’Argenteuil qu’il s’agit : nous parlons de notre proposition de construction d’une usine neuve dans le Val d’Oise. Construire une usine neuve, à St Ouen l’Aumône par exemple, idée majoritairement soutenue par les salariés, amènerait une dynamique inédite. Le coût d’un tel projet n’est qu’une goutte d’eau par rapport à la dynamique collective qui serait ainsi créée.

Vous devriez accorder plus d’intérêt que vous ne le faites à cette proposition, certes portée par la CGT, mais issue d’une réflexion bien plus large.  

L’ancrage des habitants d’un territoire n’est pas un détail. Ce serait une énorme erreur de balayer d’un revers de manche les aspirations de « vivre mieux » et de « travailler mieux » portées par plusieurs centaines de salariés."

                                                                                         Argenteuil, le 24 Octobre 2017

 

CCE à St Cloud jeudi 19 octobre 2017
Vign_cce

Retrouvez la déclaration des élus CGT au CCE : ICI

 

Le compte-rendu CGT : ICI

Négociation de la Convention Collective de la Métallurgie + loi travail XXL

Manifestation devant le siège du patronat de la métallurgie le vendredi 13 octobre à Paris.

En plus d'Argenteuil, des salariés Dassault de Biarritz, Seclin, Martignas et  Mérignac ont fait le déplacement, merci à eux ! 

Public - privé : Tous ensemble pour défendre les interêts des salariés !
Vign_manif

Le plan de transformation de notre PDG dégrade au fil des semaines le climat social de notre établissement et se traduit par un pourrissement lent mais programmé du site d’Argenteuil.

Manque de transparence dans le plan de transformation, mobilités à marche forcée, peu de dialogue social, délocalisation de nos activités vers d’autres établissements, politique de Ressource InHumaine pour pousser les salariés au départ et ainsi baisser les effectifs…

A la dégradation de notre qualité de vie au travail et en dehors (car cela a bien souvent des conséquences sur notre vie de famille) chez Dassault Aviation viennent s’ajouter les Ordonnances Macron qui laissent présager la multiplication d’accords d’entreprise qui vont encore dégrader nos conditions de vie personnelle et professionnelles, si nous restons l’arme au pied !!!

En effet, sitôt signées sitôt entrées en vigueur, les ordonnances consacrent une révolution du droit du travail : les accords négociés dans l’entreprise pourront être moins favorables que la loi et que la convention collective de la métallurgie ! (ça s’appelle « l’inversion de la hiérarchie des normes »).

Nul doute que notre direction générale compte sur l’appui de certaines organisations syndicales complices pour profiter de l’occasion donnée par le gouvernement afin de nous imposer des accords dignes du 19éme siècle !

Les salariés de toutes catégories ont donc la nécessité de s’engager, comme cela a été le cas par le passé, pour gagner des nouveaux droits, pour permettre d’unir toutes celles et ceux qui œuvrent pour une autre société prenant en considération « l’Humain » et l’intérêt général.

Pour une société digne du 21ème siècle, il faut de la résistance de la part des salariés ! Le temps est à la mobilisation dans la rue, tout comme dans les entreprises !

Face au projet global de destruction du système social français au profit du marché,  c’est une riposte globale de la France en résistance qui doit s’affirmer ! Les routiers ont ouvert une brèche en faisant reculer le gouvernement sur quelques points, continuons.
 
PUBLIC-PRIVÉ,
Tous ensemble dans la rue demain mardi 10 Octobre
Départ 14h de République en direction de Nation

 

Grève - Arrêt de travail à partir de 12h30
Équipiers du soir : manifestation à Paris ou 3h30 en fin de poste

Argenteuil, lundi 9 octobre 2017
 

Réunion mensuelle du Comité d'établissement : Compte-rendu CGT Septembre 2017
Vign_mobilitepro

 

Effectifs/mobilité

Nous étions 918 actifs le 1er janvier 2017, nous sommes aujourd’hui 855 actifs.Depuis janvier 57 salariés ont été mutés. 45 autres demandes sont enregistrées et en cours d’étude.Ces départs ont été compensés par l’arrivée de 54 intérimaires. À cela s’ajoutent environ 140 salariés prestataires ou sous-traitants sur le site.

 

Commentaires :Le Plan de restructuration vient à peine de commencer mais les vannes sont déjà ouvertes en grand : la direction d’Argenteuil accueille « avec bienveillance » les demandes de mutations.Chaque mois nous battons le record du mois précédent = -63 en 9 mois !

 

 

Cadences Falcon et Rafale

L’augmentation des cadences Falcon, qui devait passer de 2/mois à 4/mois, a été repoussée à janvier 2018.Concernant le militaire, le directeur nous explique qu’il y a beaucoup de retards dans la fabrication, principalement liés à « des problèmes de qualité ».Les Rafale, théoriquement livrés à cadence 2/mois, sont plutôt livrés à cadence 1/mois.

Commentaires : les problèmes de qualité seraient-ils liés à une situation sociale critique sur notre usine à l’abandon (arrachage des affiches, sanctions pour non-port des bouchons d’oreille, manques d’investissements, pas d’augmentation des salaires,…) ?

 

Aménagement

Le premier fuselage Rafale biplace Inde (BI1) sera entièrement aménagé à Istres.Selon notre Directeur « ce sont des chantiers perturbateurs pour Argenteuil, qui adéjà assez de travail sur le Rafale ».

Commentaires : L’incompétence de notre direction locale et générale est clairement identifié comme une stratégie de pourrissement programmée d’Argenteuil : Manque d'investissement et d'entretien qui ce sont accentués au fil des années sur notre site et qui ont touchés tous les aspects : les investissements dans l'Humain (embauches pour renouveler des savoir-faire), le matériel, les locaux, l'organisation du travail sans queue ni tête ! 

 

Hors-réunion : Nous avons appris par d’autres sources que les avionssuivants (BI2 et Qatar) seraient également aménagés à Istres.

 

L’annonce officielle sera probablement faite au prochain CCE (18 Octobre).

 

Cette nouvelle fragiliserait encore un peu plus notre établissement d’Argenteuil qui voit un grand nombre d’activités délocalisées sur d’autres sites.Le montage d’une chaine d’aménagement sur Istres n’était pas prévu dans le plan de restructuration de notre PDG.

 

POINT SUR LE PLAN DE RESTRUCTURATION

 

Tuyauterie : un « plan d’amélioration multi-tiroirs hors les murs»nous a été présenté. La « présentation de la copie » à la direction générale initialement prévue le 28 juinest repoussée (pas de date). Ce n’est qu’ensuite que la direction générale donnera le cahier des charges d’un éventuel projet de restructuration de ce service. Il n’y a pas de date précise, c’est un plan « à horizon 2020 »…

 

Service Pyro + Service CDE : (départspour Martignas et Mérignac en 2018) : 22 ont signé leur mutation, 27 indécis, 26 ont refusé et 4 partiront en retraite ou CFC.La date limite de décision est fixée à la fin 2017. Pour les salariés souhaitant être repositionnés à Argenteuil, les discussions n’ont pas commencées, la direction locale « attend le feu vert de st Cloud ».

 

Service UTP : (départ pour Seclin en 2019) : Le recensement des souhaits des 90 salariés concernés n’est pas encore effectué mais une première liste de volontaires pour une visite de l’établissement de Seclin (fin novembre) comporte 20 noms.

 

Service PPU : (départ pour Seclinen 2018) la direction a pour objectif d’avoir complétement libéré l’espace de la PPU fin 2018. La direction nous expliquait en mai 2017 que «les 15 salariés concernés seront  répartis ailleurs». Elle en recense 24pour lesquels les reclassements sont en cours : 3 volontaires pour Seclin, 4 retraites, 14 « repositionnés ailleurs sans problème » et 3 « cas problématiques ».

 

Rafale 1/41 stade 1, 2 et 3 : les stades 1 et 2 ont été délocalisés en début d’année à Biarritz, le stade 3 est en cours de délocalisation avec 25 salariés de Biarritz en déplacement à Argenteuil pour apprendre le travail.Les 20 salariés d’Argenteuil seront « répartis ailleurs ».

 

COMMENTAIRES DE VOS ÉLUS CGT :

 

La Direction Générale continue de mettre en place son plan de délocalisation de notre usine. Notre Direction Locale (Directeurs et service RH), qui devrait défendre nos emplois, au contraire accompagne tête baissée tous ces départs : Aménagement stade 1, 2 puis 3 – CDE – TME – Pyro – Labo QCT – PPU – UTP et maintenant l’aménagement des futurs fuselages à ISTRES.

 

Il n’est pas si loin le temps où M. Loic Antoine nous affirmait qu’il ne serait pas le Directeur qui fermerait Argenteuil. Pour l’instant toutes ses annonces nous montrent le contraire.

 

La CGT depuis maintenant un an réclame, avec votre soutien, la construction d’une usine neuve à Saint-Ouen l’Aumône pour reprendre les activités du site d’Argenteuil. Notre trésorerie de plusieurs milliards nous le permet très largement. De nombreuses personnalités politiques de l’échelle locale à nationale nous appuient dans ce sens.Nous rencontrerons bientôt le PDG, Eric Trappier, sur le site d’Argenteuil pour en discuter. À cette occasion nous aurons plus que jamais besoin du soutien de tous les salariés afin d’obtenir des réponses et des engagements.

 

 

Argenteuil, lundi 2 octobre 2017

Les salariés Dassault manifestent à Paris pour le progrès social
Vign_manif-16

Le président a publié ses ordonnances qui réécrivent le Code du Travail afin de limiter les obstacles légaux aux licenciements, à l’augmentation du temps de travail, et aux réductions de salaire. Il introduit des nouveaux « contrats de chantier » précaires, il plafonne les indemnités pour licenciement abusif et il permet notamment aux patrons de négocier des accords d’entreprise qui dérogent au Code du Travail.

Le but ? Flexibiliser le droit du travail pour faire du salariat la variable d’ajustement d’une économie au service des plus riches.

Car en effet, l’idée défendu par les libéraux reste que plus les riches sont riche et plus ils créent de l’emploi, ça s’appelle la théorie du « ruissellement ». Un contre exemple facile à trouver à cette idéologie : Dassault-Aviation. Carnet de commandes plein, trésorerie débordante de plusieurs milliards et toujours bénéficiaire année après année depuis sa création. Et quelles sont les mesures prises par notre actionnaire majoritaire et nos PDG ? Un plan de réduction des effectifs chiffré en 2016 à 39 millions d’€ et la construction d’une usine en Inde afin d’y transférer nos activités de production. Ce phénomène n’est pas nouveau, en 1985 nous étions plus de 16000 salariés, nous venons de passer largement en dessous des 8000.

Autre exemple chez Whirlpool dont la direction veut délocaliser une usine en Pologne et licencier l’intégralité de ses salariés (290). Les salariés se sont empressés de saisir les prud’hommes avant la publication des ordonnances Macron car après il sera beaucoup difficile pour eux d’être défendu devant les tribunaux. Justification du gouvernement : la « sécurité juridique des salariés en France nuit aux investisseurs ».

Emmanuel Macron lance alors une confrontation historique avec la part des français qui n’ont rien à gagner de ses réformes. Ces français qu’il méprise, « ceux qui ne sont rien », « les fainéants, les cyniques, les extrêmes ».

Il fait alors face à une profonde opposition des travailleurs du privé et du public et des jeunes. Sa cote de « popularité » subit alors la plus forte baisse pour un président de la 5ème république. Ses ordonnances ne font que rétablir les mesures que l’ancien gouvernement a soustraites à sa loi travail l’année dernière, face à des manifestations de masse. Nous devons alors nous organiser pour faire de nouveaux reculer le gouvernement.

L’avenir que nous défendons : le droit à la formation, à l’emploi, à la protection sociale, les moyens de vivre dignement du travail, dans la famille et dans la collectivité, etc.

Pour plus de détails sur vos droits aujourd’hui et demain avec les ordonnances (version interactive didactique accessible sur smartphone) :  www.ugict.cgt.fr/ordonnances

  

ARRÊT DE TRAVAIL AUJOURD’HUI À 12h30

MANIFESTATION À PARIS

Départ 14h de Montparnasse et arrivée à Place d’Italie (2,8 km)

 

Le 21/09/2017 à Argenteuil

Le scandale des loyers chez Dassault-Aviation
Vign_Attention-arnaque

Vous trouvez votre loyer trop élevé ? Vous n’êtes pas les seuls ! Mais que pensez-vous de celui de notre usine = 10 Millions d’€/an ?

Comme vous le savez peut-être, le propriétaire de notre usine d’Argenteuil n’est pas notre société Dassault-Aviation mais le Groupe industriel Marcel Dassault (GIMD).

Quelle différence ?  Le loyer à payer…

10 millions d’euros (chiffre 2016) sont donc prélevés chaque année sur les profits réalisés par notre établissement pour être versés à « la famille » au titre du loyer. La famille GIMD : Serge Dassault, Charles Edelstenne, Olivier Costa de Beauregard, Olivier Dassault, Laurent Dassault, Thierry Dassault, Benoit Habert. Que du beau monde.

Combien sont versés par an au GIMD ?

Au titre de 2016 notre société Dassault-Aviation a payé pour 34 799 311,87 € au GIMD pour toutes les usines Dassault. Cela signifie que les loyers versés correspondent à la construction d’une usine neuve tous les ans !

                               C’est énorme et démesuré !

N’y aurait-il pas conflit d’intérêt ?

Comment pouvons-nous faire confiance à Serge Dassault lorsqu’il est à la fois président de notre conseil d’administration (Dassault-Aviation) et PDG du GIMD. Il est donc à la fois locataire et propriétaire. Chez la Famille Dassault toutes les ficelles sont bonnes pour arnaquer les salariés et les contribuables.  Chapeau bas.

Un peu d’histoire

Peut-être l’usine a-t-elle couté très cher à l’achat ? Remontons le temps :

Ouverte par Lorraine-dietrich en 1907, nationalisée en 1937 sous le nom de Société Nationale de Construction de Moteur (SNCM) elle est ensuite « prise » par Gnome-Rhône en 1941 pour fabriquer les moteurs BMW des avions nazi jusqu’en 1944.

La Société Nationale d’Etude et de Construction de Moteurs d’Aviation (SNECMA) crée en 1946 s’est ensuite installée dans l’usine, Gnome Rhone ayant été nationalisé en 1945 pour « fait de collaboration ». 

En 1951 l’Etat, souhaitant recentrer les activités de la SNECMA sur l’aéronautique (en 1950 notre usine fabrique des tracteurs  SIFT), ferme l’établissement. Il y a 2000 licenciements. 

Marcel Dassault et Henri Potez proposent alors d’embaucher du personnel et de reprendre l’usine, vraisemblablement pour une somme très très très modeste…