CGT-Dassault-Argenteuil
Tel : 01.34.11.82.76
Fax : 01.39.47.43.67
COMPTE RENDU DES ÉLUS CGT : CSE Extraordinaire du 26 février 2021
Vign_coro

Suite à l’annonce par la direction locale mercredi 24 février de 23 cas positifs au COVID (dont plusieurs cas de variant sud-africain) dans l’usine, vos élus CGT ont effectué une alerte au Danger Grave et Imminent le jeudi 25 février, avec 4 demandes prioritaires :

 

 

-         Que les salariés vulnérables soient incités à s’isoler par leur agent de maitrise

-         Que les équipes matin/soir soient étendues (pour limiter la coactivité) et soient séparées par une heure de battement.

-         Que le matériel commun soit recensé et nettoyé en permanence par des équipes dédiées

-         Que le télétravail soit développé au maximum

Vendredi 26 s’est donc tenu à Argenteuil un CSE extraordinaire pour discuter de ces différents points. La totalité de notre direction étant absente, (le directeur Mr Antoine, le directeur adjoint Mr Miglirorini et le responsable du personnel Mr Vivot), ce CSE était donc présidé par un détachement spécialement venu de Saint-Cloud : Ari Plagnol, Yvan Gaudry et Maud Allemand.

 

Après plus de 2 heures d’âpres discutions sur les salariés vulnérables, sur la mise en place rapide de télétravail, sur la mise en place d’équipes, sur le nettoyage des outils…. la direction nous a proposé une synthèse des actions qu’elle propose de réaliser.

 

Accrochez-vous bien, voici les propositions de la direction :

-         Pour les salariés du  tertiaire, Organet (la société de ménage) fera deux passages par jour (matin et midi) pour ouvrir les fenêtres des secteurs et UN RESPONSABLE « OUVERTURE DE FENETRE » sera désigné. Rien pour les bureaux n’ayant pas de fenêtres, si ce n’est l’ouverture des portes !!!

-         UN CORRESPONDANT TERTIAIRE, « responsable du gel hydro-alcoolique » !!!

-         Extension du télétravail aux postes éligibles, ce qui semblait jusqu’à présent impossible, semble comme par magie possible !!!

-         Pour les postes non télétravailable, le travail en équipe sera  mis en place.

-         Pour les salariés atelier, mise en place d’équipe notamment à l’aménagement, avec distinction des vestiaires matin/soir.

-         10 minutes de temps alloué en fin de poste pour le nettoyage des outils collectifs.

-         Pour les salariés vulnérables (avec « pathologies à risque »), malgré l’obligation légale, toujours aucune incitation à rester à la maison n’est proposée par la direction, celle-ci préférant refaire un tour pour regarder comment aménager leur poste de travail.

Pour la CGT, toutes ces actions ne sont que des pansements sur une jambe de bois, comme d’habitude. La délégation venue éteindre le feu a fait beaucoup d’incantations et très peu d’actions concrètes.

 

Nous ne pouvons pas nous contenter de si peu. Il y a 1 an alors que personne ne connaissait ce virus mortel, que le nombre de contaminés n’était pas connu, la direction avait, sous la pression des salariés en arrêt de travail, mis en place le principe de précaution et fermé l’établissement.

 

Comme l’a répété à plusieurs reprises l’inspectrice du travail présente lors de ce CSE extraordinaire, la santé des salariés n’est pas à prendre à la légère et sa non prise en compte peut être puni pénalement.

 

Il n’y a pas de raison de « chipoter » : dans bien d’autres secteurs d’activité les décisions ont été rapides et radicales (restaurants,…) : Avec ses 4 milliards de trésorerie disponible, une entreprise comme Dassault ne peut rechigner à mettre en œuvre les mesures demandées !!!

 

En fin de réunion la direction a recueilli l’avis des élus aux CSE pour la levée du DGI :

 

-         Pour la levée du DGI : 2 voix (CGC)

-         Contre la levée du DGI : 13 voix (8 CGT et 5 CFDT)

La suite est maintenant entre les mains de la Direccte (inspection du travail).

Argenteuil, lundi 1er mars 2021

Cluster Covid19

Danger Grave et Imminent

Contagion Covid

Une réunion extraordinaire du CSE s'est tenue ce matin à Argenteuil pour traiter l'alerte au Danger grave et Imminent déposé par vos élus CGT hier.

L'inspectrice du travail (DIRECCTE du Val d'Oise) était  présente.

La direction d'Argenteuil étant intégralement malade (Directeur, directeur adjoint, chef du personnel), des responsables de St Cloud sont venus tenter de "gérer la crise" : Ari Plagnol, Yvan Gaudry, Maud Allemand.

Les propositions d'améliorations faites par ces représentants en réponse a nos demandes  sont actuellement dérisoires et largement insuffisantes.

Le vote sur la levée du DGI s'est logiquement soldé par un refus massif : 13 voix CONTRE (CGT et CFDT) et 2 voix POUR (CGC)

La décision de laisser l'usine ouverte ou non est maintenant entre les mains de la DIRECCTE du Val d'Oise.

Argenteuil, vendredi 26 février 2021

Le Parisien
Vign_Capture_d’ecran_2021-02-26_200018

 Article du parisien du vendredi 26 février 2021: ICI

 

INFO COVID

CSSCT

 Vos élus CGT ont posé ce matin un nouveau Danger Grave et Imminent pour votre sécurité

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle dans le Val d'Oise et de celle particulière de l'établissement d'Argenteuil, tant que , au minimum, ces 4 mesures demandées ne sont pas mises en place, nous demandons que l'usine reste fermée :

Nous demandons  :

- Que les salariés vulnérables soient incités à s'isoler, par leur agent de maitrise.

- Que les équipes matin/soir soient étendues (pour limiter la co-activité) et séparées par une heure de battement.

- Que le matériel commun soit recensé et nettoyé en permanence par des équipes dédiées.

- Que le télétravail soit développé au maximum.

Argenteuil, le 25 février 2021

Réunion du Comité Social et Economique du 23 février 2021
Vign_1304200-le-p-tit-libe-rdv-coronavirus-illu-couronne

 

M. Antoine et M. Migliorini étant touchés par le COVID, ce CSE de février avait la particularité d’être présidé par M. Zinsch, adjoint de l’adjoint du responsable de production.

 

 Alors qu’un point avancement de Cergy était prévu à l’ordre du jour (comme déjà présenté aux élus en commission économique), celui-ci a été reporté à plus tard. Autre point reporté, la présentation du projet de mise en place d’un service « Ingénierie Industrielle ».

 Votre CSE a donc débuté par un point « CSSCT covid ». Vos élus sont intervenus fortement pour dénoncer le peu d’effort fait par la direction : sur le faible déploiement du télétravail, sur les problèmes d’outillage commun jamais nettoyé, sur la co-activité (notamment à l’aménagement), mais aussi sur l’absence d’incitation à se protéger pour les personnes à risques. Aujourd’hui 88 salariés fragiles travaillent dans l’établissement alors qu’ils pourraient être bien mieux protégés chez eux (payés à 93%).

 

EFFECTIFS :

Nous sommes 612 actifs, -64 sur 1 an, dont 39 mutations. Le nombre de salariés en équipe est de 172 (138 Dassault, 74 intérimaires). En moyenne 39 salariés ont travaillé les samedis du mois de janvier. Le nombre d’intérimaires est de 72 (-102, sur 1 an). 209 salariés prestataires ou sous-traitants travaillent actuellement sur le site, repartis dans 14 entreprises.

 

ETAT DES COMMANDES CIVILES ET MILITAIRES :

Rafale : L’objectif de livraison pour 2021 est de 19 fuselages aménagés (vers Mérignac) et de 14 tronçons 1-25 (vers Biarritz). Depuis le début de l’année, 1 fuselage aménagé et 1 tronçon 1-25 ont été livrés. La cadence pour le 1-25 reste à 1,2 /mois pour l’année 2021 et passe de 1,75 à 1,3 /mois pour l’Aménagement.

 

Falcon : L’objectif de livraisons pour 2021 est de 39 Falcon (tous modèles confondus). 3 T12 ont déjà été livrés. Les cadences tourneront autour de 3,5/4 pour l’année 2021.

 

ACTIVITES TRANSFEREES A SAINT-CLOUD / MERIGNAC:

La direction nous a fait un point d’étape suite à l’annonce en CSEC sur le transfert de certaines activités d’Argenteuil vers Saint-Cloud ou Mérignac. (Achats, comptabilité/gestion, RH)

 

Direction Financière : 4 personnes sont concernées par ce transfert, une mutation est déjà engagée.

 

Achats : 21 salariés concernés. M. Vivot nous précise qu’à sa connaissance personne n’est venu se plaindre.

 

 

INFORMATION / CONSULTATION SUR L’INAPTITUDE TOTALE DE MR MERIL

Ce point « Inaptitude » avait été mis à l’ordre du jour par la direction (une obligation légale depuis 2 ans) : Mickael Méril, 35 ans, salarié du service Tuyauterie a été déclaré inapte à tous emploi, sur tous les établissements Dassault, par le médecin du travail.

Cette inaptitude totale est selon nous très étrange et ne correspond pas à ce qui avait été préalablement discuté entre Mickael et ses médecins. Les élus CGT ont demandé une contre-expertise médicale.

L’inaptitude est malheureusement devenue un motif de licenciement légal que ne se prive pas d’utiliser notre chef du personnel : nous alertons une nouvelle fois tous les salariés : Méfiez-vous des « bons conseils » d’un médecin payé par votre employeur !!!

GUERRE SYNDICALE, UN SEUL GAGNANT : LA DIRECTION !

Nous n’avons pas pour habitude de répondre aux provocations des autres syndicats, ce n’est jamais un rapport de force gagnant pour les salariés, mais seulement gagnant pour notre direction qui se réjouit de voir les élus se discréditer les uns les autres.

Certains élus nous accusent de ne pas être suffisamment présents en CSSCT. Effectivement, plusieurs élus CGT sont en isolement covid. Peut-on les blâmer pour ça ou doit-on au contraire inciter tous les salariés vulnérables à s’isoler ?

Certains élus laissent entendre qu’ils sont responsables de la venue de l’inspectrice du travail. Premièrement, l’inspectrice du travail est parfaitement souveraine et n’obéit à aucun syndicat. Deuxièmement, c’est aussi grâce aux nombreux échanges entre les élus de la CGT au CSSCT et l’inspectrice qu’elle s’est rendue sur notre site. C’est d’ailleurs les élus CGT qui sont à l’initiative de ces échanges. Ne gâchons pas ce travail commun de tous les élus et continuons d’avancer ensemble sur la protection de tous les salariés de l’usine.

N’oublions pas que les élus qui crient au scandale aujourd’hui sur les conditions sanitaires sont les mêmes qui ont votés pour la reprise d’activité de notre usine suite au danger grave et imminent déposé par les élus CGT et suite à un débrayage initié par la CGT. Ce sont aussi eux qui ont refusés d’appeler au débrayage en solidarité aux compagnons des magasins, toujours eux qui refusent de se joindre à nous sur le projet de Cergy sous prétexte qu’ils demandaient une modernisation d’Argenteuil, encore eux qui refusent de se joindre à la pétition actuelle sur tous les sites pour rouvrir les NAO…. On va s’arrêter là, ce qui compte aujourd’hui c’est renégocier les NAO signées par des syndicats bien trop complaisants !!!!!

 

Pétition pour la relance des négociations salariales :

La pétition rencontre un grand succès et est actuellement en cours sur tous les sites. Vos élus d’Argenteuil iront « filer un coup de main » à St Cloud la semaine prochaine pour continuer à faire grossir le nombre de signatures !

Le 0,5% d’augmentation générale pour 2 ans ne passe pas !
Nous n’en resterons pas là !

Argenteuil, jeudi 25 février 2021

Négociation annuelle 2021 : nous valons + que 0,5 % !
Vign_flash

La CGT demande la réouverture des NAO 2021, en s’appuyant sur le contrat Rafale signé avec la Grèce (2,5 milliards d’euros) ainsi que sur les prospects avec d’autres Pays dont les négociations sont déjà bien avancées.

 

Ces NAO sont inacceptables et provocatrices pour tous les salariés. Elles sont même dramatiques pour les plus bas salaires qui aujourd’hui n’arrivent pas à boucler leur fin de mois, pourtant ces salariés travaillent dans l’une des plus riches entreprises de France !!!


Chez Dassault Aviation le conflit de 1968 avait placé le début de nos grilles de salaires 70% au-dessus du SMIC. En 2021, ils ne sont plus qu’à 8% au-dessus du SMIC !


 L’année dernière, les 40 plus grandes entreprises françaises ont versé 57,4 milliards d'euros à leurs actionnaires. C'est plus de 60% des bénéfices qui vont dans leurs poches.


Cet argent, si on le partageait mieux, pourrait augmenter le Smic, les salaires, l’emploi et améliorer le service publi
c. C’est donc bien au cœur des entreprises et notamment des plus grandes qu'il faut agir.

Pour la CGT Dassault Argenteuil, ce qu’il nous manque réellement sur nos salaires c’est l’équivalent d’une prime d’équipe : à 25% !

 

Pétition pour la réouverture des négo salariales
Tous les mardis et jeudis de février à la cantine

Argenteuil, jeudi 18 février 2021

Et nos salaires ???
Vign_allan

Ne serait-il pas temps de parler sérieusement de nos salaires ?

Nous avons tous reçu notre fiche de paye la semaine dernière. La première ligne, qui indique notre « salaire de base brut » a changé. Il était temps puisque, pour l’écrasante majorité d’entre nous, la dernière augmentation (de 1,6 %) remontait au 1er avril 2019.

Nous avons donc été augmentés ce mois-ci de 0,5%  (environ 10€ pour un salarié moyen). La direction a même été obligée de le rappeler en fin de fiche de paie « Ce bulletin tient compte de l’augmentation Générale de 0.5% au 1er janvier 2021 ». Cette augmentation nous permettra d’aller chercher 2 grecs chez Izmir (S’il n’y a pas d’inflation en 2021 !).

En plus d’être ridicule en montant, la manière dont cette augmentation générale a été négociée est scandaleuse : cette négociation a été stoppée par les signatures de l’UNSA (présente uniquement à St Cloud) et de la CGC : 2 syndicats qui ne représentent que des cadres et qui ne sont pas concernés par cette augmentation générale !

Le poids pris par les cadres dans notre entreprise est devenu écrasant, ils représentent aujourd’hui  65% de l’effectif !!!  Pourquoi ? Parce que la direction générale a massivement sous-traité la fabrication des avions (AAA, Laroche, Safran, Latécoère, Potez,…) !!!

Il est nécessaire que chacun d’entre nous comprenne bien que le rapport de force « dans les urnes » a changé de bord ! Argenteuil, avec votre vote CGT ultra majoritaire, est le dernier ilot de résistance résolument tourné vers la défense des intérêts des salariés les plus précaires.

Mais, lors des réunions centrales, à St Cloud, l’équilibre est bien différent : les élus CSEC CGT sont 3… alors que les élus CSEC CGC/UNSA sont 19 !

Dans cette situation, comment défendre efficacement nos intérêts de salariés non-cadres et notre revendications d’une meilleure répartition des richesses crées ?

En revenant aux fondamentaux : la grève et le blocage !

Nous n’avons plus d’autre choix !

- L’entreprise est riche (4 milliards de trésorerie disponible)

- Les cadres positionnés sont bien payés (5000€ de salaire net moyen, source direction)

- Les 2 PDG sont bien payés (5 Millions/an)

- Le carnet de commande est consolidé par le dernier contrat Rafale gréco-français

- La part des salaires « production » dans le prix d’un avion ne représente que 2%

Il est maintenant temps de penser AUSSI à ceux qui fabriquent toutes ces richesses : les salariés des usines !!!

Pétition pour la réouverture des négo salariales
Tous les mardis et jeudis de février à la cantine

Argenteuil, mardi 16 février 2021

Décès de notre camarade Jean-Claude Vaidie

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris hier le décès du doyen de la CGT Dassault Argenteuil, notre camarade Jean-Claude Vaidie. Embauché à Argenteuil l’année de la reprise de l’usine par Marcel Dassault, Jean-Claude fut un grand acteur de toutes les luttes sociales, syndicales et politiques des années 60 et 70.

Toujours curieux et intéressé par l’actualité, Jean-Claude est resté jusqu’à la fin assidu aux « réunions des retraités » du centre Delaune. Parti en retraite au début des années 80, juste après avoir « détecté » et syndiqué le jeune Pascal Lenogue, nous lui devons tous, sans le savoir, beaucoup.

Une anecdote qu’il se plaisait à raconter, recueillie il y a quelques années, était l’histoire de « la semaine de 5 jours » :

« J’ai été embauché en 1952, à l’époque on faisait près de 60 heures par semaine, 10 heures par jour, du lundi au samedi. Un beau jour, avec les copains, on en a eu marre de toutes ses heures…on était jeunes, ce qu’on voulait c’était jouer au foot ! On ne voulait pas passer toute notre vie à l’usine et on avait bien raison !  Un vendredi soir on s’est mis d’accord ensemble pour ne pas aller travailler le lendemain pour aller tous jouer au foot. Le lundi, le chef n’était pas content et, pour nous punir, il nous a fait une sorte de « mise à pied » pour plusieurs samedis. On a rien dit mais en fait, intérieurement, on était bien contents ! On s’en fichait un peu de ne pas être payés parce que à cette époque ça gagnait bien chez Dassault : Dassault payait 50% de plus de l’heure que les autres avionneurs pour embaucher les meilleurs ! C’est comme ça au final que, de fil en aiguille, en revendiquant de travailler moins mais aussi d’avoir des bonnes augmentations de salaires, on a pu arriver à la semaine de 40heures, sur 5 jours, et sans perte de salaire ».

Une anecdote qui, près de 60 ans plus tard, résonne toujours avec autant de force alors que nous revendiquons désormais « la semaine de 4 jours », car oui : Hier comme aujourd’hui, rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue.

Toutes nos condoléances à sa famille et à ses proches.

 Argenteuil, jeudi 11 février 2021

  

Cher.e.s camarades,

C'est avec une grande émotion et une grande tristesse que j'ai appris le décès de notre camarade Jean Claude VAIDIE.

Lorsque j'ai été embauché à Dassault Argenteuil comme ajusteur, tout nouveau métier pour moi, Jean Claude a été pendant mes premières années mon "tuteur" dans l'atelier qu'on appelait la "mine de sel".

Tuteur professionnel car pour cette génération de militant, connaitre son boulot c'était important, pour soi bien sûr, mais également pour être respecté des salariés.

Tuteur syndical et politique, il me disait souvent qu'il ne pouvait y avoir de transformation de la société, de révolution, que là où il y a conscience. Il avait fait sienne cette citation du créateur du journal l'Humanité, Jean JAURES, qu'il lisait quotidiennement et qui l'a accompagné jusqu'au bout.

Si je me suis engagé rapidement je le dois à cet homme et ce militant formidable, je lui dois beaucoup. 

Plus que jamais le combat continue, des militants de sa trempe nous ont montré le chemin, nous ne l'oublierons pas.

Cher.e.s camarades je n'associe avec mon syndicat CGT pour transmettre mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Fraternellement,
Pascal

Commission économique du CSEC - jeudi 4 février 2021
Vign_25460-201224103809250-0

Bonjour à tous,

Nous sortons de la commission économique du CSEC consacrée à Cergy.
Il n'y a pas vraiment de quoi faire un vrai compte-rendu, nous nous contenterons donc d'un message pour retranscrire les grandes lignes :


- Le projet suit son cours, avec 6 bons mois de retard dûs au covid.
- Les capacités industrielles de l'usine (cadences / effectifs) seront les mêmes qu'a Argenteuil.
- Suite au projet de "plateformes logistiques" annoncé au CSEC du 28 janvier, les magasiniers y seront à terme moins nombreux mais "la baisse se fera au rythme où on peut reclasser les personnels".
- Une plaquette récapitulative des conditions de mobilité sera diffusée ce mois-ci.
- Le permis de construire doit arriver en mars 2021
- Début des travaux en mars 2021
- Pose de la "première pierre" en mai-juin 2021
- Le déménagement commencera en aout 2022. Transfert et débarras du site d'Argenteuil étalé ensuite sur 12 mois.


@+
Jean-michel, Yannick et Damien

Jeudi 4 février 2021 : Journée de grève et de manifestation
Vign_alan

Un 4 février pour nos libertés

L’intersyndicale CGT, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, MNL, FIDL a décidé d’impulser un processus de mobilisation et d’initiatives revendicatives tout au long du mois de janvier et début février pour la préservation et le développement de l’emploi. Les métallos ont toute leur place au sein de ce grand rendez-vous revendicatif.

Afin de faire grandir le rapport de forces nécessaire sur les enjeux nationaux rassemblant tous les salariés du public comme du privé, les retraités, les étudiants, et ceux de notre branche pour défendre nos acquis et construire l’avenir !

Journée de grève et de manifestation, appel national

Rendez-vous jeudi 4 février à 14h à Paris !
Arrêt de travail à 13h00
(équipiers du soir 3h30 de grève en fin de poste)

 

Ceci est un appel national de l’intersyndicale CGT, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, MNL et FIDL : une journée entière de grève est possible.

Argenteuil, mardi 2 février 2021

Réunion du Comité Social et Economique Central du 28 janvier 2021
Vign_delocalisation

 

 

Compte rendu des élus CGT : ICI

Déclaration des élus CGT au Comité Social et Economique Central - St Cloud, 28 janvier 2021
Vign_micro

M. Trappier,

La CGT souhaite aujourd’hui attirer votre attention sur l’extrême découragement, l’extrême désengagement, que nous constatons dans nos établissements de production.

 

Le contexte national, le chômage, l’explosion de la pauvreté, les problèmes des étudiants, la crise économique, la maladie, les confinements successifs, etc… mettent à rude épreuve les nerfs des salariés les moins bien payés qui sont bien souvent socialement les plus fragiles.

Mais ce contexte national, M. Trappier, n’est pas le seul responsable de cette morosité.

Quand vous nous annonciez, il y a quelques mois, prendre en compte les demandes du gouvernement visant à assurer la continuité de la vie économique, vous pensiez certainement jouer pleinement votre rôle citoyen. Ce fut en partie vrai seulement et l’appréciation des salariés en est bien différente.

Aux complications nationales déjà évoquées, s’est finalement ajoutée une politique sociale et salariale au rabais, négociée sur 2 ans. 

Le fait que 2 organisations syndicales de Cadres (CGC et UNSA) aient signé cet accord NAO n’occultera pas le profond désaccord des salariés des usines. 

M. Trappier, le fossé qui se creuse entre les catégories devient dangereux pour l’entreprise, pour vos avions, pour vous.  La tension monte, les accrochages se multiplient, nous vous alertons.

Vous ne pouvez ignorer que pour l’année 2020 seulement 18,81% des compagnons de la filière 210/212 ont eu des augmentations individuelles (cinq ans et demi à attendre une AI) alors que dans le même temps toujours pour l’année 2020, 47,30% des cadres en ont bénéficié. La CGT vous laisse imaginer les effets délétères que produit cette différence de traitement.

Beaucoup de salariés sont tellement écœurés du décalage entre les discours, les profits et les réalités de leur vie quotidienne qu’ils ne sont plus aujourd’hui prêts à faire le moindre effort.

La CGT déplore cette situation mais la comprend très bien. Une décennie de destruction de l’esprit d’équipe, de l’intérêt commun par les diplômés des grandes écoles et par le management type « Lean » a créé un nouveau type de salarié. L’envie de bien faire son travail et de travailler en prenant soin les uns des autres disparait. Seul compte désormais de cultiver son réseau, d’être bien vu, de ne pas faire de vagues.

Ces pratiques qui étaient jadis limitées à certains jeunes loups se sont révélées tellement efficaces qu’elles se sont désormais étendues dans toutes les catégories, jusqu’à l’absurde au détriment de l’efficacité et de la qualité.

La CGT n’a pas de solution miracle pour régler des problèmes si profonds. A l’inverse de ces pratiques, les élus CGT sur tous les sites sont francs et n’ont jamais aucune arrière-pensée malsaine d’intérêt personnel.  

Notre écoute attentive des souhaits, des attentes et des aspirations des salariés des usines est riche d’enseignements. Nous constatons aujourd’hui un manque criant de prise en compte des avis des salariés par les directions de nos établissements. La demande de plus d’écoute, de fraternité, d’humanité, de démocratie est forte et l’absence de réponse génère beaucoup de frustration.

La CGT vous donne donc un conseil en vous invitant à ouvrir une porte :

La signature du contrat grec est l’occasion pour vous M. Trappier d’envoyer un signal aux salariés des usines. La réouverture des négociations salariales et l’ouverture d’une négociation sur la baisse du temps de travail pour arriver à la semaine de 4 jours seraient une belle manière d’aborder les choses.

La CGT a des propositions et des revendications, nombreuses, qui ne sont pas plus saugrenues que ne l’étaient les congés payés ou les 35 heures en leurs temps respectifs. Nous sommes pleinement disponibles pour en discuter, cela ne dépend que de vous.

Quelle que soit votre vision du futur, vous ne pourrez pas le construire seul, les salariés sont et seront toujours la seule force de l’entreprise, ne l’oubliez pas.

Réunion mensuelle du CSE - 26 janvier 2021
Vign_missiles

 Retrouvez la déclaration préalable des élus CGT : ICI

NAO (négociation annuelle obligatoire) 2021 : Tout est à refaire !
Vign_salaires21

Malheureusement, comme tous les ans, nous avons eu droit à une nouvelle excuse pour ne pas augmenter les salaires. Après la parité euro/dollar, les incertitudes sur l’évolution du prix du baril du pétrole… la Direction s’est engouffrée dans la crise du covid pour faire signer, non pas un, mais deux accords au plus bas : 0 % d’AG en 2020 suivi de 0,5 % d’AG pour 2021 ! Du jamais vu dans notre entreprise.

 

Comme d’habitude, elle a pu compter sur les signatures des syndicats les plus complaisants. Ces syndicats n’ont pu se justifier qu’en disant : « c’est mieux que 0% ». Décidemment, certains représentants du personnel ne mesurent pas les conséquences sur les plus bas salaires des NAO aussi faibles, en dessous de l’inflation !!!

 

En effet, deux mois après leurs signatures aux NAO, et comme l’avait annoncé la CGT, la situation est tout à fait différente : la Direction a annoncé de nombreux contrats prêts à être signés ou en phase de négociation : Rafale pour la France, Grèce, Irak, Emirats, suisse, Finlande, Croatie, Egypte, Inde, …

Les bruits courent que les cadences Rafale pourraient atteindre 3/mois avant la fin de l’année… Du jamais vu chez Dassault !

 

L’encadrement se retrouvera alors en grande difficulté ! Les agents de maitrise vont  devoir demander des efforts aux compagnons pour sortir le boulot (heures sup’, samedis, équipes, nuits,…) … tout en leur expliquant qu’ils n’auront pas d’augmentation cette année et qu’ils verront donc leur pouvoir d’achat diminuer.

 

Pour la CGT, ce problème ne peut se résoudre que d’une seule façon : Il faut rouvrir les négociations 2021 !!! C’est pourquoi, dans un premier temps, nous vous proposons une pétition afin de contraindre la Direction à prendre au sérieux notre demande. Nous ne pourrons rien faire sans un soutien massif des salariés.

 

--> Nous contacterons dès demain les autres organisations syndicales.
-->  Signature de la pétition prévue à la cantine dans les semaines à venir.

 

                                                                              Argenteuil, jeudi 21 janvier 2021

Le Parisien Mardi 12 janvier 2021
Vign_p1

Article en PDF : ICI

Le Parisien Mardi 12 janvier 2021
Vign_p2

 

Article en PDF : ICI

Communiqué de presse du 5 janvier 2021
Vign_discri

 Communiqué de presse en PDF : ICI 

Réouverture de l'usine lundi 4 janvier 2021
Vign_unnamed2
Négociations en cours

Suivez les négociations en cours !

 - Compte-rendu de la troisième réunion de renégociation de l'accord d'entreprise "handicap" : ICI
(Déclaration préalable ICI ).

 - Compte-rendu de la troisième réunion de renégociation  de l'accord d'entreprise "égalité Homme/Femme" : ICI 
(Déclaration préalable ICI ).

Discrimination contre syndicalisation ?
Vign_IMG-20201207-WA0005

 

Selon une étude récente, bien qu’ils fassent majoritairement confiance aux syndicats pour les défendre, les salariés français se syndiquent de moins en moins. Dans les années d’après-guerre ils étaient 30 % à se syndiquer contre 10 % actuellement, soit l’un des plus faibles taux des pays européens.


 Malheureusement, il a aussi été démontré que plus le taux de syndicalisation est faible, plus les inégalités salariales augmentent. Le ministère du travail le reconnait par ailleurs : "les petits salaires sont les premières victimes de la baisse de la syndicalisation".

 

 

 D’une façon générale la lutte sociale au travers des syndicats a permis des avancées majeures dans le monde du travail : interdiction du travail des enfants, congés payés, droit à la formation, temps de travail, comités d’entreprise, sécurité sociale, conditions de travail, etc.

                       

Cette réticence à s’engager peut s’expliquer en partie par la crainte des salariés de voir leurs conditions de travail se dégrader lorsque l’employeur apprend leur appartenance syndicale. Les syndicalistes sont en première ligne pour défendre les intérêts des salariés vis-à-vis du patron… C’est pour défendre ces droits qu’en France toutes les formes de discriminations sont interdites, et à la CGT nous nous battons pour qu’elles n’existent pas.

 

Les luttes contre toutes les formes de discrimination (homme/femme, handicap, raciale, syndicale, orientation sexuelle, âge, ...) ont logiquement pris de plus en plus de place dans le débat national car elles reposent sur les valeurs fondatrices de notre République, de notre contrat social et de la déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen. C’est d’ailleurs l’une des préoccupations majeures des jeunes de 18 à 34 ans en France.

 

Chez Dassault-Aviation nous faisons face depuis des années à des logiques anti-CGT clairement assumées : Serge Dassault traitant les militants de la CGT « d’abrutis qu’il faut mettre hors d’état de nuire », tout en souhaitant « la fin du CDI ». Sans parler de notre directeur de site qui, dès son arrivée à Argenteuil, comparait la CGT à « une épidémie »… les militants CGT n’ont que peu apprécié…

   

Pour ces différentes raisons, nous avons tenté, depuis des années, d’éclaircir nos soupçons de faits de discrimination sur le salaire et sur les évolutions de carrière des militants de la CGT. N’est-il pas étrange qu’aucun élu CGT n’ait jamais été promu contrôleur, préparateur ou agent de maitrise ???

 

 Nous nous sommes alors heurtés, sans surprise, à un mur de silence de la part de toutes les personnes des ressources humaines de notre société, en local et en central. Notre DRH, M. Vivot, toujours dans la provocation, nous invite même à saisir un juge de prud’hommes pour obtenir les données légales qui permettraient d’en savoir plus, nous l’avons donc écouté.

 

Devant nos trop grandes difficultés à établir un dialogue social constructif, nous nous sommes résignés et avons décidé de demander à un juge de prud’hommes d’étudier le déroulement de carrière des élus et mandatés de la CGT (dont certains d’autres sites : Seclin, Martignas…). L’affaire est maintenant dans les mains de la justice, seule autorité habilitée à statuer sur les faits de discrimination.

 

Nous espérons que toute la vérité sera établie au terme de cette procédure et nous vous tiendrons bien entendu au courant de la suite de cette démarche.

 

Pour finir, nous invitons toutes personnes se sentant discriminées à venir à notre rencontre. Nous regarderons de façon attentive, constructive et avec bienveillance le cas personnel de chaque salarié qui le souhaite.

 Argenteuil, mardi 8 décembre 2020

Compte rendu de la réunion mensuelle de CSE + débrayage du vendredi 27 novembre
Vign_usineee

Mardi 24 novembre 2020 s’est tenue la réunion mensuelle du CSE.

 Effectifs : Nous sommes 627 actifs (-49 depuis le 1er janvier 2020). 129 salariés Dassault sont en équipe, essentiellement au Rafale, panneaux Fare et Falcon. En moyenne, ce mois-ci,  20 salariés étaient présents le samedi.

79 intérimaires sont présents (-100 depuis janvier, mais +7 par rapport au mois dernier). L’objectif de « zéro intérimaire » en fin d’année est repoussé de 6 mois. Environ 180 salariés prestataires ou sous-traitants travaillent actuellement sur le site, repartis dans 15 entreprises. Il n’y a plus de prestation de la SATIF, le désengagement de AAA sur la porte PAX et de NOVAE sur les panneaux chaudronnés est en cours.

 

Mobilité : Depuis le début du « plan de transformation » (en 2017) 193 salariés ont quittés Argenteuil pour un autre établissement Dassault, soit 21 % de l’effectif.

 

Rafale : L’objectif de livraisons pour 2020 était de 24 fuselages aménagés avant COVID, 18 après, 21 tronçons 1-25 avant COVID 16 après. Depuis le début de l’année 15 fuselages aménagés ont été livrés, 16 tronçons 1-25, nous avons donc réalisé l’objectif de fin d’année avec 2 mois d’avance !!!! Les cadences restent inchangées.

 

Falcon : Pour le Falcon, les cadences et les objectifs de livraison sont confirmés à la baisse : 27 pour 2020. La cadence de fabrication Falcon est de 3.3/mois jusqu’au 2ème trimestre 2021. 24 T12 ont déjà été livrés.

 

Récupération de travaux auparavant sous-traités sur place :


-  La direction confirme la récupération de l’assemblage du 21/25 Rafale pour le 3ème trimestre 2021.

 

-  Câblages Rafale T16 : recul d’un trimestre pour un objectif au 3ème trimestre 2021. La direction nous annonce que le « casting » des futurs ajusteurs-câbleurs est en cours. Tous les salariés intéressés peuvent se faire connaitre, aucune porte n’est fermée, aucune équipe n’étant encore formée.

 

CSSCT (Comité Santé Sécurité et Conditions de Travail) : le fonctionnement de cette instance, qui était un peu «compliqué» depuis un an en raison de l’attente d’un jugement (finalement gagné par la CGT), s’améliore. Philippe Brun (élu CGT en cours de procédure de rupture conventionnelle), a été remplacé par Loïc Morino (CGT).

 

Equipiers : un problème est apparu avec la mise en place de SAP. L’horaire du vendredi matin va devoir être modifié pour respecter le code du travail (L3121). Une solution provisoire est appliquée (pause de 20mn entre 8h20 et 8h50). Une re-discussion de notre accord local d’horaire d’équipe du matin va être nécessaire.  


Magasins : Comme chacun le sait,  les « annonces » faites aux magasiniers par M. Dumoucel (voir tract de la semaine dernière) ont provoqué, à juste titre, une mobilisation importante des salariés. Après l’arrêt de travail de vendredi, vos élus CGT sont allés discuter avec M. Dumoucel.

Afin de rassurer définitivement les salariés des magasins, vos élus CGT ont demandé vendredi un rdv à M. Lherm (Directeur industriel Dassault-Aviation) et M. Dumoucel.

Ce rendez-vous s’est tenu lundi à 14h30 en présence de M. Lherm, Antoine, Dumoucel et Plagnol. M. Lherm semble avoir désormais parfaitement compris la situation et mesuré la problématique des magasiniers.

 

M. Lherm nous a donné la garantie que tout sera fait dans le dialogue et au volontariat, comme cela a été le cas depuis le début du plan de transformation, tel que voulu par votre syndicat CGT et confirmé par notre PDG :

 Rien ne sera imposé aux magasiniers, ils iront sur Cergy s’ils le souhaitent

 Une nouvelle « communication » à l’attention des magasiniers est en préparation par la Direction locale. Quoi qu’il en soit, d’autres points restent à traiter : fixer un calendrier plus précis, rediscuter des conditions de mobilités, des effectifs, des métiers, des formations, … pour tous les salariés actuels d’Argenteuil.

 Nous vous tiendrons informés de l’évolution de ces sujets, une commission économique du CSEC consacrée uniquement à « Cergy » se tiendra à St cloud mi-janvier 2021.

Plus que jamais, c’est à nous de construire notre avenir !

Argenteuil, mardi 1er décembre 2020

Négociations en cours

Suivez les négociations en cours !

- Compte-rendu du CSEC extraordinaire du 1er décembre consacré à la mise en place du chômage partiel à Biarritz : ICI
  (déclaration préalable des élus CGT au CSEC : ICI )

- Compte-rendu de la deuxième réunion de renégociation de l'accord "égalité Homme/Femme" : ICI

- Compte rendu de la deuxième réunion de renégociation de l'accord "handicap" : ICI

Appel à la grève - vendredi 27 novembre 2020
Vign_istockphoto-502194707-1024x1024

Mardi 24 novembre 2020 s’est tenue la réunion mensuelle du CSE. Un point important, concernant l’avenir des magasins et des magasiniers sur l’établissement de Cergy, a été mis à l’ordre du jour par vos élus CGT.

 Notre demande de clarification a été provoquée par la tenue de 2 réunions « informelles » dans les magasins d’Argenteuil animées par M. Dumoucel (responsable logistique Dassault basé à St Cloud),  lundi 9  novembre, puis jeudi 19 novembre.

 Lors de ces réunions, ce « responsable » a réuni les magasiniers et leur a affirmé que la plupart d’entre eux n’iraient pas à Cergy mais qu’ils seraient envoyés « ailleurs » ! Seules 10 places seraient disponibles à Cergy, les 30 autres magasiniers seraient envoyés dans un entrepôt appartenant à un sous-traitant, dans un lieu inconnu !

 

La CGT dénonce cette méthode, nous rappelons à M. Dumoucel que le« bluff », qui ne vise qu’à mettre la pression sur les épaules des salariés, n’est pas une pratique acceptable chez Dassault et en contradiction totale avec la position de notre PDG : tous les salariés d’Argenteuil iront à Cergy ! Ce point n’est pas négociable !

 

Ces premières intimidations doivent cesser immédiatement et nous devons collectivement y mettre un coup d’arrêt !!!


 

ARRET DE TRAVAIL : Demain matin, vendredi 27 novembre

Rendez-vous à l’atelier de la PPU à 10h00

 

Si aujourd’hui la direction met la pression sur les magasiniers, demain ce sera le tour d’un autre secteur ! Ouvriers, cadres, techniciens, agents de maitrise,… tout le monde est concerné : Réagissons collectivement pour garantir un transfert serein de tous ceux qui le souhaitent sur le nouvel établissement de CERGY !

 

Nous avons pris contact et proposé aux autres organisations syndicales (CGC et CFDT) de se joindre à cet arrêt de travail important pour tous les salariés d’Argenteuil.

 

Argenteuil, jeudi 26 novembre 2020

Compte rendu CGT de la 2ème réunion "NAO Temps de travail" du mardi 17 novembre
Vign_naott

En préambule, la CGT a lu une déclaration en réitérant sa volonté d’échanger avec la direction générale et les autres organisations syndicales sur le sujet de la réduction du temps de travail. La direction générale refuse catégoriquement de débattre sur ce sujet et a même essayé de museler les autres organisations syndicales !

 Concernant les congés légaux et jours de RTT 2021-2022, la Direction Générale nous montre encore une fois son inflexibilité sur ce sujet en refusant de laisser tous les congés à la libre disposition des salariés, comme le demande la CGT.

 Voici les dernières propositions de la DG pour les dates des congés imposés :

·        9 jours de RTT collectifs : 12 novembre 2021, 23-24-27-28-29-30-31 décembre 2021 et 27 mai 2022.

·        1, 2 et 3ème semaine de congés légaux : du 26 juillet au 13 août inclus.

·        4ème semaine : libre disposition aux salariés, à prendre entre le 1er mai et le 31 octobre 2021 (que l’accord soit signé ou non).

·        5ème semaine de congés légaux : libre disposition.

·        Petite nouveauté,  le 10ème jour de RTT collectif non positionné serait à la libre disposition des salariés si seulement si une majorité d’organisations syndicales apposent leur signature à cet accord.

 

Un projet d’accord sera envoyé par la DG
et soumis à signature jusqu’au 24 novembre

Temps de travail :

 Le sujet, mis à l’ordre du jour par une obligation légale, n’est toujours pas abordé par la direction générale… qui souhaite uniquement parler des dates des congés et RTT !

Il a fallu une nouvelle fois que la CGT insiste pour parler de réduction du temps de travail. Madame Sevault interdisant même aux élus CGC, CFDT, UNSA de répondre aux questions posées par vos représentants CGT !

 La direction générale, pourtant jamais avare de « dialogue social », de « charte éthique », de « société à taille humaine » renoue bien vite avec les vieilles habitudes patronales du siècle dernier dès qu’elle en ressent le besoin…

 Après de nombreuses relances de la CGT, voici tout de même finalement les réponses obtenues sur le sujet de la réduction de temps de travail (ouverture d’une vraie négociation demandée par la CGT) :

CFDT : la CFDT Dassault-Aviation reste sur la position nationale de son syndicat : Création d’une « banque de temps », débat autour des 32h/semaine.

CGC : « Nous allons consulter nos adhérents ».

UNSA : Après avoir d’abord refusé de répondre, ces élus répondent également, mais en rigolant : « oui voilà nous aussi on va consulter ! »

 

La CGT dénonce ces attitudes négatives vis-à-vis du sujet majeur qu’est la réduction du temps de travail. Le sujet est vaste, les modalités possibles innombrables (sur 4 jours, sur 5 jours ? ouverture d’établissement sur 4, 5, 6 jours ? avec ou sans jours de RTT ?, etc…).

La société française a évolué ! Et 20 ans après la mise en place des 35 heures, l’ouverture d’une vraie négociation sur ce thème  ne serait pas superflue !

 Les conquêtes sociales ?

Ces organisations qui trainent des pieds sur le sujet de la réduction du temps de travail sont pourtant bien contentes de bénéficier de toutes les conquêtes sociales obtenues par les militants syndicaux qui les ont précédés. Les batailles et combats ont bien souvent été longs et difficiles...  mais ils ont payé ! Les directions générales et le grand patronat, qui s’étaient battus CONTRE les 35 heures, ne sont finalement jamais revenus dessus ! Signe que ces avancées sociales ne furent pas si douloureuses qu’annoncées…

 Soyons dignes de nos prédécesseurs, ne baissons pas la garde : OUI, la réduction du temps de travail, pour vivre mieux, pour travailler tous, doit maintenant être mise à l’ordre du jour !

Argenteuil, jeudi 19 novembre 2020

Compte-Rendu CGT : Réunion « Télétravail » du mardi 10 novembre 2020
Vign_teletaf-plus-lgtps-red

Mardi 10 novembre 2020 s’est tenue la première réunion de négociation « Télétravail », où en préambule chaque OS a fait une déclaration ( Déclaration CGT : ICI ).

 

Nous sommes revenus rapidement sur la mise en place du télétravail dans le contexte de la crise sanitaire et de l’obligation faite aux employeurs de mettre le plus possible les salariés en télétravail. Malheureusement, la Direction Générale confirme que seuls 850 salariés sont actuellement en télétravail à 100 %, soit moins de 10 % des effectifs (8819 salariés aux effectifs en décembre 2019). La Direction Générale, mal à l’aise, refuse catégoriquement d’appliquer le protocole sanitaire demandé par le gouvernement et ne souhaite pas aborder ce point avec les organisations syndicales. Seule la négociation de l’accord télétravail en « condition normale » sera abordée dans cette réunion.

 

 Les principes et règles posés par la Direction Générale concernant le télétravail sont les suivants :

 

-       Le télétravail doit être « gagnant/gagnant » pour Dassault-Aviation et pour les salariés

-       1 ou 2 jours par semaine maximum (sauf pour les salariés à temps partiel/forfait réduit où seulement une journée, au maximum, leur serait octroyée) au bon vouloir du manager

-       Double « volontariat » manager/salarié

-       Eligibilité du poste et des missions au télétravail décidé uniquement par le manager

-       Réversibilité du télétravail/présentiel à tout moment, lorsqu’une des parties le souhaite

-       Un an d’ancienneté avant d’avoir droit au télétravail

-       Une seule demande annuelle de télétravail pourra être faite (en début d’année ?)

 

 

COMMENTAIRES CGT

 

La Direction Générale assume parfaitement leur politique salariale et managériale du siècle dernier : le présentéisme. La directrice des ressources humaines la résume par : « L’avion, on les fait pas à la maison ». Certes, aucun salarié n’ajustera des pièces primaires dans son salon, mais n’oublions pas tous les salariés qui travaillent derrière un écran d’ordinateur, tous les jours, à 100 %.

 

Sur l’éligibilité des postes au télétravail, un gros souci est déjà apparu : seul le manager décide si un salarié a droit au télétravail, aucune commission paritaire de suivi. C’est pour cela que dans un souci de transparence, la CGT réclame une cartographie de l’ensemble des postes éligibles au télétravail dans la société (pour rappel près de 4500 salariés étaient en télétravail à 100% à la fin du premier confinement). Actuellement nous constatons une importante disparité d’accès au télétravail entre les différentes directions et services, ce que toutes les organisations syndicales dénoncent. La Direction Générale doit mettre en place un système égalitaire, impartial et transparent sous peine de voir grandir les tensions entre salariés et managers.

 

Afin de simplifier les demandes de télétravail la CGT propose la tacite reconduction de l’accès au télétravail. De même, une seule cession d’acceptation du télétravail  par an est bien trop restrictive. La CGT demande à ce que chaque salarié puisse à tout moment formuler et enregistrer une demande de télétravail via son portail RH.

 

Lorsque les organisations syndicales demandent la mise en place d’un forfait pour la prise en charge des frais liés au télétravail, la Directrice des ressources humaines sort la carte « équité » avec le personnel ne pouvant pas télétravailler (principalement le personnel en production et en soutien). De façon bien commode la direction ne sort jamais l’équité lorsqu’il s’agit de rémunération, d’APTT, d’augmentations générales, de primes d’ancienneté, de primes d’équipes, d’heures supp…

 

D’une façon générale, nous pouvons sentir que la Direction de Dassault voit le télétravail comme un cadeau fait aux salariés, et en aucun cas comme une source d’efficacité, de productivité, de qualité de vie au travail, …. Ou de protection pour la santé et la sécurité des salariés.

 

Pour finir, après de multiples refus des Directions Locales et de la Direction Générale de mettre en place le protocole sanitaire nationale en entreprise, nous nous voyons contraint d’en informer les préfets afin qu’ils prennent les décisions et mesures adéquates.

NAO Temps de travail 2020-2021 : Compte rendu de la 1ère réunion du 05 novembre 2020
Vign_tractos

La première réunion de négociation « NAO temps de travail » s’est déroulée jeudi matin à St Cloud. La CGT a jeté un pavé dans la mare (voir la déclaration préalable CGT : ICI) en dénonçant la mascarade de ces réunions « NAO temps de travail » qui en réalité ne servent qu’à annoncer les dates des congés !

 Pour la CGT, la question de la nécessité -ou non- de réduire le temps de travail ne doit pas être un tabou ! C’est même le but officiel de cette négociation annuelle obligatoire.

La Direction Générale balaye cette demande d’ouverture de discussion d’un simple « ce n’est pas d’actualité »… circulez !  

Et oui, sur ce sujet comme sur d’autres, notre entreprise au fonctionnement social archaïque ne comprend qu’une chose : une obligation légale (ou une mobilisation des salariés…)

 Semaine de 4 jours, 5 jours, 6 jours, 35 heures, 32h, 30h, nombre de RTT, etc…

 Pour la CGT il est temps d’en rediscuter. Depuis la dernière réduction du temps de travail, intervenue en 1999-2000, le chiffre d’affaire et les bénéfices ont explosé ! A quand un juste retour  à une meilleure qualité de vie des femmes et des hommes qui ont permis cela ???

 Nous reviendrons sur le sujet lors de la prochaine réunion et nous demandons aux autres organisations syndicales de se positionner plus clairement sur ce sujet de la réduction du temps de travail

 Concernant la suite de la réunion, le sujet des dates de congés dans lequel la direction générale souhaiterait nous enfermer, malheureusement rien de bien nouveau…

 

Dans la continuité des NAO salaires, la Direction se montre une fois de plus intransigeante envers les salariés et ne se soucie guère de leurs vies de famille.

La direction rejoue le même simulacre de « négociation » que les années précédentes et annonce donc une fermeture de 4 semaines pour l’été 2021 (3 semaines à date fixe puis une semaine accolée avant ou après par le directeur de chaque établissement).

 Les premières propositions de la Direction Générale sont donc les suivantes :

·        10 jours de RTT collectives et capitalisation : 12 novembre 2021, 23-24-27-28-29-30-31 décembre 2021, 03 janvier 2022 et 27 mai 2022

·        1, 2 et 3ème semaine de congés légaux : du 26 juillet au 13 août inclus

·        4ème semaine : accolée avant ou après, au choix de la direction de chaque établissement (19 au 23 juillet ou 16 au 20 août)

·        5ème semaine de congés légaux : libre disposition.

 Les arguments développés par toutes les organisations syndicales sont pourtant implacables et irréfutables : la libre disposition complète des congés est possible et nécessaire ! Les contre-arguments (problèmes d’organisation du travail, de gestion compliquée…) inlassablement servis par la DG sont d’un autre temps !

 L’écrasante majorité des entreprises de France, quel que soit le secteur d’activité,  savent aujourd’hui organiser le travail en bonne intelligence pour permettre à chacun de prendre ses congés quand il le souhaite ! Dassault serait-elle l’entreprise la moins bien organisée du monde ?

 
 

Cergy, l’usine du futur, notre statut de salariés, … ces sujets sont importants et ils ne peuvent pas être déconnectés de nos vies personnelles.

 Les millions d’euros investis dans les moyens de productions seront inutiles sans des salariés motivés pour les faire tourner !

 Comme pour les machines, la modernité, le futur, passe par des investissements massifs  dans l’HUMAIN ! Moins travailler pour vivre mieux, oui c’est possible et nécessaire. La semaine de 4 jours n’est pas une utopie ! Beaucoup d’entreprises modernes ont déjà franchi le pas !


 N’ayons pas peur de le revendiquer :
Travailler moins c’est l’avenir !

 

 

Argenteuil, jeudi 12 novembre 2020

COMPTE RENDU DES ÉLUS CGT : Réunion du CSE du 27 octobre 2020
Vign_cergy

Cette réunion mensuelle du Comité Social et Économique a eu la particularité d’être animée par le directeur-adjoint Mr Miglorini. Si le CSE du mois de septembre avait été qualifié de surréaliste par l’ensemble des élus de par les réponses données par notre « extraordinaire capitaine », on peut dire que les réponses de « l’adjoint », plus technique, plus proche du terrain, ont permis la tenue de ce CSE de façon plus efficace.

 

Compte rendu de la réunion :

Nous sommes 635 actifs, -41 par rapport au mois de janvier. Le nombre de salariés en équipe est de 129. En moyenne 4 salariés ont  travaillé les samedis du mois de septembre. Le nombre d’intérimaires est de 72 (-107, par rapport à janvier). 190 salariés prestataires ou sous-traitants travaillent actuellement sur le site, repartis dans 15 entreprises.

 

Rafale :

L’objectif de livraison pour 2020 est de 24 fuselages aménagés (vers Mérignac), 21 tronçons 1-25 (vers Biarritz). Depuis le début de l’année, 13 fuselages aménagés et 14 tronçons 1-25 ont été livrés. La cadence pour le 1-25 reste à 1,2 /mois jusqu’au 3ème trimestre 2021 et passe de 2 à 1,3 /mois pour l’Aménagement.

 

Falcon :

Les cadences et les objectifs de livraisons sont confirmés à la baisse : 27 pour 2020. Les cadences (tous types de Falcon) tourneront autour de 3,3 jusqu’au 3ème trimestre 2021. 21 T12 on déjà été livré.

 

Planning et nombre de personnes concernées par les reprises d’activités en interne:

 

Comme annoncé par le PDG lors de la Commission Economique du 27 août 2020 et reconfirmé au CSEC du 15 octobre à vos élus CGT, le directeur-adjoint confirme le retour de plusieurs activités pour l’établissement d’Argenteuil. Ces reprises permettent de maintenir tous les effectifs Dassault malgré la baisse des cadences de fabrication :

 

-  Assemblage du 21/25 Rafale, à partir du 3ème trimestre 2021. Charge de travail pour environ 10 personnes, répartie entre ajusteur confirmés et débutants.

-  Câblage Rafale T16, à partir du 2ème trimestre 2021. Charge de travail pour environ 15 personnes. Pour la direction, si le personnel déjà présent à l’aménagement semble être sa préférence, elle dit aussi que tous les candidats intéressés peuvent se faire connaitre. Une formation est prévue.

-  Logistique, même si pour M. Vivot la logistique n’est pas la priorité, les élus CGT ont rappelé que les décisions de reprises d’activité validées par la direction générale ne sont pas à discuter mais à mettre en œuvre ! 10 personnes seraient donc concernées par cette activité à partir de mi-2021.

 

A ce jour les principales activités Rafale encore externalisées (que nous pourrions potentiellement récupérer à Argenteuil) sont le C1-C7, la soute Radio et les corps externe chez AAA à Tarbes, et les planchers 6x chez Laroche.

 

 

 

 

Point mobilité suite à la visite des directeurs de Seclin et Argonay :

 

Si la difficulté de trouver des volontaires pour l’établissement de Seclin est toujours d’actualité malgré « l’opération séduction » réalisée par son directeur, le site d’Argonay a, selon la direction, intéressé 9 salariés. Chacun sera reçu par le service RH d’Argenteuil pour discuter de ses souhaits de mobilité.

Pour la CGT, chaque volontaire doit pouvoir réussir cette mobilité sans être bloqué : les formations doivent cesser d’être attribuées au compte-goutte ! Toutes les reconversions sont possibles… si la direction y met les moyens !

 

Point d’avancement concernant l’établissement de Cergy :


M. Segalen rappelait au dernier CSEC du 15 octobre que l’ambition est de faire de l’usine de Cergy le modèle phare des établissements de production, « l’équivalent niveau modernité de ce qui se fait pour le tertiaire à Mérignac ». Une réunion de la Commission Economique est donc prévue à St Cloud début 2021 afin de présenter de façon détaillée notre futur établissement de Cergy.

Quelques dates clefs : Le compromis de vente est signé, le permis de construire devrait être délivré en février 2021, l’achat du terrain dans la continuité (la délivrance du permis est une condition suspensive de la vente), une livraison fin 2022, un déménagement étalé du début 2023 à mi-2023.

La direction reconfirme que l’ensemble des activités présentes à Argenteuil seront déménagées à Cergy.

 

Livraison de composants et pièces sur palette  pour la chaine Falcon :

 

Depuis quelque temps, les compagnons se plaignent de recevoir les kits d’assemblage au pied de l’avion sur des palettes en vrac. La direction dit prendre note de cette situation et prévoit de la régler au plus vite.

Dans le même état d’esprit, vos élus sont également intervenus pour comprendre pourquoi la chaine 6x (sensée être notre production la plus moderne !) manque de petit matériel et n’est pas dotée de fiches d’instruction numérique portables (comme cela se fait à Mérignac depuis 10 ans…) : là aussi la direction nous dit « en prendre note ».

 

COVID 


Une réunion supplémentaire du CSE a eu lieu vendredi suite au re-confinement national. Les mesures sanitaires prises à Argenteuil sont, pour la CGT, actuellement vraiment insuffisantes.

Nous demandons de toute urgence :

- Une communication claire sur la marche à suivre en  cas de symptômes ou cas contact.

- Un renforcement du nettoyage/désinfection quotidien effectué par Organet.

- Que les équipiers du matin partent 30 minutes plus tôt et que les équipiers du soir arrivent 30 minutes plus tard, pour limiter les contacts entre les salariés.

- Que les plages variables du midi soient complétement libérées (les horaires imposés par services, pour de nombreux salariés, créent plus de problèmes qu’ils n’en règlent).

- La fin de la restriction du télétravail : tous les salariés qui le peuvent et qui le souhaitent doivent pouvoir télétravailler.

- La maintien systématique en chômage partiel des salariés en « pathologie à risques ».

 

Argenteuil, le 10 novembre 2020

Parlons salaire !
Vign_aep200529_rvb

Depuis maintenant un an l’actualité au niveau national et mondial est centrée sur le covid-19. Néanmoins, l’activité continue chez Dassault-Aviation et nous sommes extrêmement occupés par la négociation d’accords : mesures sociales, NAO, temps de travail, mesures sanitaires, télétravail, participation/intéressement, etc. En effet, la Direction de Dassault ne désarme pas et a souhaité s’attaquer à nos conditions de travail, à nos rémunérations et avait même souhaité mettre en place un plan social (abandonné suite à l'annonce des Rafale grecs).

 

Dans ce contexte les NAO ont pu paraître lointaine pour certains mais au vu des propositions de la Direction (0 % d’AG en 2020, 0,5 % d’AI en 2020 et 2021..) le mécontentement est palpable. Pour preuve, des centaines de salariés ont débrayés sur les sites de Dassault-Aviation et c’est bien normal, comment motiver les équipes avec des augmentations si faibles ? Réponse : c’est impossible ! Et c’est pourquoi il n’est pas question de cautionner cette politique salariale.

 

D’une façon générale nous devons revenir sur la politique salariale de Dassault-Aviation qui est devenue profondément inégalitaire : les salaires les plus bas deviennent de plus en plus faibles et les salaires les plus hauts restent mirobolants.

Pour s’en rendre compte il suffit de regarder la moyenne des rémunérations des cadres positionnés (>100) au niveau de la société dans notre bilan social : 77500 € brut annuel en décembre 2019 = près de 5000 € net/mois ! La grande majorité des cadres positionnés vont être très étonnés de ce chiffre puisqu’ils sont loin de toucher une telle somme ! Et pour cause, ce sont les gros salaires qui font monter cette moyenne et même parmi les cadres les inégalités sont criantes entre les jeunes et les anciens.

Pour nuancer cette inégalité nous pouvons l’interpréter comme un fort espoir d’évolution salariale pour les cadres : les jeunes cadres positionnés rentrent vers 2200 € net mensuel, auront 5000 € vers les 2/3 de leur carrière et finiront vers 6500 € net mensuel, soit un triplement de leur salaire entre l’entrée et la sortie de Dassault-Aviation. Cette augmentation correspond à 2,5 % chaque année pendant 42 ans. C’est au final un très bon déroulement de carrière pour les 4700 cadres positionnés de Dassault-Aviation et nous ne pouvons que nous en féliciter.

Pour ce qui est d’un déroulement de carrière typique pour un non-cadre, que disent les chiffres de notre bilan social ? Un compagnon Dassault-Aviation rentre généralement dans la société au coefficient 170, 180 ou 190 et son salaire est très proche du RMG, soit 1650 € net/mensuel. Il pourra alors espérer finir sa carrière aux coefficients 285 ou 305 pour un salaire net mensuel de 2350 à 2500 €.

 

Un compagnon Dassault-Aviation peut alors envisager une multiplication de son salaire par 1,5 sur 42 ans …  soit une augmentation de 1% tous les ans pendant 42 ans ou 25-30 € net mensuel en plus par année. Pour les non-cadres les plus « méritants », l’espoir est alors de passer cadre et de changer de catégorie afin d’accéder aux budgets d’augmentations des cadres, ce qui concerne, selon la direction générale, environ 25 % des effectifs. Pour les 75 % des non-cadres restants, l’évolution salariale espérée à Dassault-Aviation est alors... médiocre ! L’effet est même pervers puisque pour passer cadre il faut d’abord rejoindre la grille des mini-salariaux des cadres, et donc piocher dans le budget d’augmentation des non-cadres !!!

 

Selon les bilans sociaux nous avons donc une multiplication par 3 du salaire pour les cadres positionnés durant leur carrière et une multiplication par 1,5 du salaire des non-cadres. Comment dans ces conditions parler d’une « rémunération motivante » comme le dit notre direction générale et notre charte ? Impossible ! Et c’est pourquoi nous devons nous battre chaque année pour lutter contre ces augmentations minables !

 

Pour rajouter à ces inégalités, la CGC, et maintenant l’UNSA, réclament chaque année et depuis 25 ans à ce que les cadres bénéficient d’un pourcentage d’augmentation supérieur aux non-cadres. Pour finir, si on s’autorise à réfléchir non plus en pourcentage mais en masse salariale la différence est gigantesque : 322 millions d’€ brut pour les 4700 cadres positionnés et 99 millions d’€ brut pour les 2800 non-cadres (employés, techniciens,  agents de maitrise, professionnels de fabrication, …)

 

Lorsque que la Direction Générale propose pour 2020 un budget d’AI de 1,3 % pour les cadres et 0,5 % pour les non-cadres, les budgets respectifs sont de 4,2 millions d’€ et 500 000 €. Les personnels en fabrication à l’atelier apprécieront cette nouvelle inégalité : 10 fois moins pour les non-cadres ! Nous ne pouvons qu’avertir la Direction Générale : se moquer à ce point des personnels en usine, avec la complicité de la CGC et de l’UNSA maintenant, ne peut plus durer et ne fait que démotiver le personnel.

 

Si les chiffres qui sont dans ce tract vous interrogent n’hésitez pas à aller les consulter sur votre portail RH, dans la case des données sociales, tout y est ! Si vous avez encore des doutes n’hésitez pas à questionner vos élus CGT. N’hésitez pas non plus à aller questionner les élus des syndicats abonnés aux signatures des NAO.

Pour finir sur une note optimiste, il ne tient qu’aux salariés de se mobiliser pour faire changer cette politique salariale injuste. Comme le disait Serge Dassault, ce sont les mobilisations qui font fléchir les Directions Générales ! En plus des mobilisations il y a bien sûr aussi la syndicalisation, frein reconnu aux inégalités salariales par le ministère du travail : « les petits salaires sont les premières victimes de la baisse de la syndicalisation ».

 Argenteuil, le 5 novembre 2020

Compte rendu CGT : 1ère réunion de renégociation de l’accord "égalité Homme/Femme"
Vign_Wingz_Stereotypes

  

Notre accord d’entreprise actuel concernant la lutte contre la discrimination Homme/Femme arrive à échéance le 31 décembre 2020 (2017-2020). Cet accord défini les critères,  indicateurs,   statistiques qui permettent aux organisations syndicales, une fois par an, de surveiller les écarts et de respecter les obligations légales de non-discrimination qui s’imposent désormais aux employeurs.

 La CGT tire un bilan très critique sur les 3 ans de vie de cet accord. Certes, mettre le sujet de l’égalité Femme/Homme à l’ordre du jour une fois par an est une avancée certaine.

Pour autant, le peu d’entrain mis par la Direction générale pour améliorer le dispositif nous pose problème !

La Direction générale, dont madame Guillemet et madame Sevault sont les représentantes pour cette négociation, est globalement satisfaite de la « méthode de mesure » actuelle  et de ses résultats.

Alors que, pour la CGT, les indicateurs  et statistiques utilisés par la Direction générale masquent une grande partie de la réalité de la situation des femmes chez Dassault. Le fameux « plafond de verre », expression désignant le phénomène de mise à l’écart des femmes lors des progressions « par opportunité », est camouflé dans des données chiffrées embrouillées.

 Madame Sevault reconnait tout de même, du bout des lèvres, quelques indicateurs « qui ne sont peut-être pas pertinents » ou « des petits problèmes pour le passage au niveau P3II » mais se satisfait de pouvoir trouver dans d’autres indicateurs des justifications…souvent un peu tirées par les cheveux… Le bazar des chiffres est parfois bien pratique…

 La CGT fera des propositions d’amélioration concrètes pour le suivi des différences de traitement Femme/Homme lors de la prochaine réunion.

 Le sujet des « jours enfants malades », également régi par cet accord d’entreprise, devra, pour la CGT, aussi être remis sur la table : notre entreprise est l’une des moins « généreuse » de l’aéronautique dans ce domaine. Nous pourrions d’ailleurs également ouvrir le critère aux « parents malades » : le vieillissement de la population est une réalité que notre entreprise doit désormais prendre en compte pour améliorer la conciliation de la vie personnelle et professionnelle.

 Le travail à temps partiel, dont le suivi de l’éventuelle discrimination liée est régi par ce même accord « égalité femmes-Hommes », devrait également  être remis en discussion. La société française avance… mais les modalités du temps partiel n’ont pas été rediscutées depuis plus de 10 ans chez Dassault ! Pour la CGT, la renégociation en cours est l’occasion à saisir pour cela.

 St Cloud, mardi 3 novembre 2020

 

 

Déclaration préalable des élus CGT : ICI

Négociation salariale
Vign_pano

Pandémie, confinement, terrorisme... pendant ce temps la direction générale s'occupe de nos salaires...

Retrouvez le dernier compte-rendu des Négociations Annuelles Obligatoires :  ICI

Compte-rendu CGT - Comité Social et Economique Central - jeudi 15 octobre 2020
Vign_crcsec

Une réunion du Comité Social et Economique Central s’est tenue jeudi 15 octobre 2020 à St Cloud en présence de M.Segalen (PDG adjoint) et de madame Guillemet (DRH société).

Principalement consacrée aux comptes prévisionnels 2020 de l’entreprise, l’expert-comptable n’a bien évidemment pas pu cacher la situation très contrastée : la bonne situation des ventes de Rafale ne permet pas  de compenser le niveau des commandes Falcon. Le bénéfice net est en forte baisse, la participation et l’intéressement seront donc mécaniquement très fortement impactés.

 Malgré ce bilan prévisionnel en demi-teinte, la société est confiante et continue de prévoir d’importants investissements pour les programmes futurs. Le budget Recherche et Développement passe de 501 millions en 2019 à 580 millions en 2020. Le plan complet « pilotez votre avenir » comprenant la modernisation des établissements est évalué à 1 milliard d’euros.

 Les annonces du précèdent CSEC (25 septembre 2020) ont été confirmées : un seul établissement sera en sous-activité en 2021, Biarritz, pour environ 6 mois et 40 salariés spé fab + quelques contrôleurs/préparateurs concernés.

 Les retours de travaux auparavant sous-traités, qui avaient été étudiés lors de la commission économique du 27 aout, sont également tous confirmés,  en production comme en logistique. M. Segalen précise que, sur ce point, « il va falloir aller vite ».

 Point sur les effectifs du groupe Dassault aviation :

Dassault-aviation : 8866 salariés
Dassault Falcon Jet (usa) : 2283 salariés

Dassault Falcon Service : 599 salariés

TAG : 457 salariés
Execujet : 411 salariés

Sogitec : 247 salariés

Dassault Business : 51 salariés

 

 

 

 

Total : 12 914 salariés

Concernant la future usine de Cergy, les incertitudes et retards liés au Covid sont complètement levés et la direction générale nous indique qu’une nouvelle date a été définie : la livraison de ce nouvel établissement est maintenant programmée pour fin 2022. La promesse de vente est signée, le permis de construire sera délivré en fin d’année 2020.

 M. Segalen rappelle que l’ambition est de faire de l’usine de Cergy le modèle phare des établissements de production, l’équivalent niveau modernité de ce qui se fait pour le tertiaire à Mérignac.

M.Segalen a chargé Mme Guillemet de préparer une plaquette d’information a l’intention des salariés sur les conditions de mobilité d'Argenteuil vers Cergy.

 

Dassault Falcon Service (Le Bourget et Mérignac) :

La situation des « stations-service » est compliquée. Le recul de l’activité aérienne (-40%) impactera forcement le bilan annuel 2020. Un plan social avec 168 licenciements a eu lieu chez Dassault Falcon Jet (usa). Un CSE extraordinaire a eu lieu vendredi 16 octobre au Bourget pour annoncer la mise en place d’un chômage partiel longue durée à compter du 2 novembre.

 Salaires : un long moment a été consacré au sujet des NAO en cours. Ce point n’était pas à l’ordre du jour mais toutes les organisations syndicales ont souhaité revenir sur le sujet. La faiblesse, absolument injustifiée de « l’enveloppe » ne permettra pas de relancer une dynamique. Toutes les catégories de personnel sont mécontentes, mais la direction générale fait encore et toujours la sourde oreille !

 La politique salariale rétrograde de l’entreprise, cumulé aux réticences de la direction générale vis-à-vis du télétravail (pour les cadres) crée un DESEQUILBRE important entre les aspirations des salariés et la volonté du PDG…

 Pour la CGT, la disproportion entre les lourds investissements matériels et l’absence d’investissement dans l’Humain est incompréhensible.
La force d’une entreprise c’est ses salariés ! 
     Sans nous rien ne sort !!!

Argenteuil, jeudi 15 octobre 2020

Déclaration préalable des élus CGT : ICI

Compte-Rendu CGT : Gestion des emplois et des parcours professionnels 8 octobre 2020
Vign_requins

En préambule à cette 7ème réunion de négociation de l’accord relatif à la gestion des emplois et des parcours professionnels, les organisations syndicales ont exprimé leur regret de ne voir dans ce projet d’accord qu’un simple recueil de bonnes intentions. En effet, la direction ne s’en cache pas et l’assume, cet accord n’est qu’un cadre très large, aucunement contraignant, dans la gestion des effectifs. Il nous est alors difficile de réellement discuter les mesures contenues dans ce projet.

 

La Direction avance encore et toujours les mêmes arguments : « les marchés du Falcon et du militaire sont très incertains et ne nous permettent pas de faire des projections sur les effectifs à 3 ou 4 ans ». Néanmoins, la CGT a souligné le fait que lorsqu’il s’agit de mettre en place un plan social, la Direction est capable d’évaluer à un salarié près la sous-charge d’activité sur 3 ans (avec les détails, par site et par année).

 

Pourquoi se réunit-on afin de « négocier » un tel accord ? La réponse est simple, la direction y est contrainte par les dispositifs légaux. Après ce préambule, nous allons faire un compte-rendu de chaque partie importante de cet accord.

 

L’un des premiers développements de cet accord concerne la cartographie des familles professionnelles et des métiers. L’objectif affiché : préparer la mise en place de la future convention collective nationale de la métallurgie voulue par l’UIMM. Cette nouvelle convention, si elle est signée par les syndicats, aboutira à une politique salariale liée directement au poste de travail et non plus à la qualification (diplôme) et aux compétences (ancienneté). Exemple : le salaire sera lié au poste de travail, quels que soient le diplôme et les compétences du salarié. Gros problème, le salarié pourrait voir son salaire diminuer au cours de sa carrière.

 

La DG souhaite attirer les « meilleurs talents ». Pour cela, notre entreprise souhaite agir dès le collège et le lycée par la mise en œuvre d’enseignements conduisant vers nos métiers. La question de fond est celle du rôle des entreprises capitalistes dans l’éducation de nos enfants. Doit-on laisser les dirigeants des entreprises définir les programmes scolaires ? L’école doit-elle former des salariés ou des citoyens ? C’est un véritable enjeu de société.

 

Sur le même sujet, Dassault souhaite accueillir 80 alternants par an dans nos établissements. La CGT aurait aimé que ce nombre soit revu à la hausse. Sur le statut du tuteur qui forme l’alternant tout au long de sa formation en entreprise, nous regrettons qu’aucun temps ne lui soit formellement alloué, ni aucune reconnaissance salariale. Réponse de la DG : « chez Dassault, nous savons gérer ça de façon informelle par le gentleman agreement ».

 

Au sujet du maintien et de la transmission des compétences, difficile de commenter les dispositifs de cet accord tellement il est vide : aucun volume de formation, aucune possibilité d’accéder au catalogue de formations, aucune donnée permettant de mesurer l’ascenseur social (passage préparateur, passage ingénieur, passage cadre, expert, etc.), …

Nous sommes revenus sur la formation de nos managers. Notre Direction fait appel, depuis des années, à l’entreprise de formation spécialisée : Cardinale Sud Solutions. Un bémol de taille, le dirigeant de cette officine est un habitué de la diffamation envers la CGT, qu’il qualifie notamment d’armée rouge ou d’organisation terroriste dans la presse et dans ses livres. La DRH nous rassure ; ils connaissent bien ce dirigeant qui est en accord avec les valeurs de notre entreprise. Madame Sevault nous confirme que nos managers suivent toujours les formations de Cardinale Sud Solutions.

 

Les dispositifs légaux prévoient que chaque salarié ait réalisé trois entretiens professionnels sur les 6 dernières années, un tous les deux ans, dont le dernier doit être effectué avant la fin de cette année 2020. Ce dernier entretien doit permettre de faire avec le salarié un bilan des formations professionnelles suivies, de son évolution professionnelle et salariale. Dans le cas où ces obligations ne sont pas remplies, l’employeur sera contraint de verser 3 000 € sur le compte personnel de formation du salarié qui ne serait pas à jour. Vos élus CGT seront vigilants, dans chaque établissement, au respect de ces obligations légales.

 

La direction des ressources humaines préfère mettre l’accent sur la mobilité inter sites plutôt que sur la montée en compétence de ses salariés. Exemple : s’il y a besoin d’un préparateur à Seclin, ils préfèreront déplacer un préparateur d’un autre site plutôt que de faire évoluer un professionnel de fabrication de Seclin vers le métier de préparateur. Nous ne pouvons que demander à la Direction de changer d’état d’esprit, ce qui conduit à maintenir pendant des dizaines d’années les salariés dans leur métier parce qu’ils sont compétents. L’intelligence serait de faire progresser les salariés vers des postes avec plus de responsabilité.

 

Pour finir, la CGT propose, tout comme la CGC, que figure dans cet accord un dispositif exceptionnel de gestion de la baisse de charge : l’élargissement des conditions d’accessibilité au temps partiel abondé, travailler à 80 %, être payé à 90 %.

Exemple : dans le cas où notre carnet de commande viendrait à diminuer, la DRH, au lieu d’avoir recours au chômage partiel (financé par nos impôts), permettrait aux salariés qui le souhaitent, de passer à 80% de temps travaillé en étant payés à 90%. Cette proposition permettrait de maintenir les compétences dans l’entreprise.

 

La délégation CGT

Une réunion de CSE surréaliste !
Vign_gadjet

Mardi 29 septembre 2020 s’est tenue la réunion mensuelle du CSE d’Argenteuil. Nous sommes 646 actifs (-30 par rapport à fin janvier), 76 intérimaires (- 103 par rapport à fin janvier), 154 salariés sont en équipe, 6 en télétravail, 8 salariés sont en déplacement de longue durée, essentiellement en Inde (5 personnes).

 

Faisant suite au CSEC du 24 septembre (réunion lors de laquelle le PDG avait annoncé-entre autre- l’abandon de l’idée d’un Plan social), nous nous attendions à obtenir la déclinaison locale précise des annonces, notamment concernant les rapatriements de travaux actuellement sous-traités.

 

Oui mais voilà… c’était sans compter sur la « capacité extraordinaire »  de notre « capitaine Bouchon » qui semble n’avoir pas tout compris à la situation de l’entreprise, voir même à son fonctionnement de base !

 

Vos élus d’Argenteuil, dont 3 de la CGT et 1 de la CFDT siègent au CSEC, ont dû lui réexpliquer en détail la situation actuelle et les annonces faites par les PDG (Trappier et Segalen) !!!

 

La signature d’un contrat de Rafale à 2 Milliards d’euros avec la Grèce ne permet -décemment- plus à Dassault d’aller réclamer à l’Etat français un paiement de  chômage partiel : c’est pourtant évident, mais notre directeur ne l’a pas compris, rajoutant même qu’il prévoyait un sureffectif de 10 personnes en 2022… alors que les cadences Falcon 2021 ne sont pas encore connues !

 

Lors de cette réunion de CSE surréaliste, le directeur d’Argenteuil nous a donc expliqué à peu près tout l’inverse du PDG :

- Il n’y aurait aujourd’hui pas assez de personnel à Argenteuil pour récupérer des nouvelles activités (!)
-Former du personnel à de nouvelles activité (câblage par exemple) serait trop compliqué(!)

- Le chômage partiel est envisagé à Argenteuil (!),
- L’ascenseur social serait compliqué à faire fonctionner à cause du manque de postes disponibles (!),
- Les mutations à Argonay sont trop compliquées à mettre en œuvre, les salariés d’Argenteuil n’ont pas les compétences(!), 
- Il est trop tôt pour lancer le moindre rapatriement d’activités, pour l’instant « on attend »(!).

 

L’usine d’Argenteuil-Cergy a besoin d’un directeur capable de défendre les intérêts de son usine, tant industriellement que socialement. Il semblerait qu’aujourd’hui nous ayons à faire à un capitaine totalement perdu cherchant dans les yeux du chef du personnel des réponses qu’il n’a pas…  tel un petit enfant au costume trop grand !

 

Point d’avancement concernant l’établissement de CERGY :

Concernant la construction de l’usine de Cergy, la direction nous confirme que les études continuent à un rythme soutenu. Un nouveau planning prenant en compte les 4 mois de retards liés au Covid est en cours d’élaboration.


Reclassement des salariés UTP, planning de déménagement :

A ce jour 31 salariés sont encore à reclasser dans ce secteur, la direction nous explique avoir trouvé une solution pour 29 d’entre eux (logistique, ajustage, peinture, indus, management). 2 cas serait encore à traiter. A la question est-ce un reclassement voulu par les deux parties et travaillé avec le salarié ? La direction est restée bien silencieuse…

Le planning de déménagement de l’UTP vers Seclin va s’échelonner entre mi-octobre et fin mai 2021.

 

SAP :

Une information succincte nous a été faite au sujet du nouveau système informatique de l’établissement (SAP) : Attention au pointage du midi, qui ne devra pas être inférieur à 30 minutes sinon le système décomptera automatiquement 2h30 de temps de repas ! Chaque salarié devrait avoir une information sur ce sujet.

 

Nombre de places de parking intérieur disponible :

En raison de l’importante baisse de l’effectif (-350 salariés Dassault en 5 ans), entre 60 et 80 places de parking sont disponibles dans l’établissement. La direction a donc assoupli les conditions d’attribution, permettant d’avoir désormais une place à partir de 42 ans.

 

La deuxième partie de la réunion a été accaparée par les questions posées par la CFDT…toutes réservées à des cas particuliers d’élus CFDT (le télétravail de Mme x, le remboursement d’un week-end ski de Mme. x, la fiche de paie de M. x,…)… un syndicalisme bien loin de l’intérêt général que défendent vos élus CGT.

 

Argenteuil, mardi 6 octobre 2020

 

Démocratie sociale

 

Le 15ème congrès du syndicat CGT Dassault Argenteuil s’est déroulé la semaine dernière. Les 16 membres du Bureau Exécutif (organe dirigeant du syndicat) ont été renouvelés à 40%. Les nouveaux statuts du syndicat et la nouvelle liste de dirigeants seront déposés officiellement à la mairie d’Argenteuil dans les jours qui viennent.

 

Cette nouvelle équipe, rajeunie et motivée, aura la responsabilité de diriger le syndicat d’Argenteuil pour les prochaines années, au moins jusqu’à Cergy.

 

Ils auront notamment à mettre en musique les grandes orientations de la CGT d’Argenteuil à savoir : La diversification des activités industrielles, la réduction du temps de travail, la syndicalisation-féminisation, le respect des droits, les salaires, l’usine neuve de Cergy…

 

Le secrétaire général sortant (Antony Decastro parti pour de nouvelles aventures, en année sabbatique) a été remplacé par Emmanuel DUMOULIN, élu à l’unanimité.

 

BRAVO A LUI, Manu est le premier secrétaire cadre de la longue histoire de l’usine d’Argenteuil (syndicat crée ici en 1937 à la Société Nationale de Construction de Moteurs, devenu Gnome-Rhône, SNECMA, puis Dassault).

 

N’oublions pas que ce renouvellement permanent, depuis plus de 80 ans, ne serait pas possible sans une syndicalisation CGT dynamique : Si vous souhaitez que perdure encore longtemps la libre parole et les positions offensives de la CGT,
                                      rejoignez-nous, syndiquez-vous !!!

 
Congrès 2020
Vign_recepisse

Le dernier congrès du syndicat CGT Dassault Argenteuil s'est tenu le 1er octobre 2020.
En conformité avec l'article R2131-1 du Code du Travail, les nouveaux statuts  et la liste des membres dirigeants  du syndicat ont été déposés à la mairie d'Argenteuil, elle-même chargée de les communiquer au procureur de la République.

Compte-rendu CGT - Comité Social et Economique Central jeudi 24 septembre 2020
Vign_pdg_trapier_ff85cc731f7c0c42b32afa8907f69393

 Jeudi 24 septembre s’est tenue à St Cloud une réunion extraordinaire du CSEC. L’ordre du jour « point sur la situation », loin d’être clair, pouvait laisser planer toutes les hypothèses.

M. Trappier a immédiatement mis les choses au clair en expliquant que la situation s’est améliorée.

La commande par la Grèce de 18 Rafale été détaillée : 6 avions neufs à fabriquer + 12 avions d’occasion de l’armée française. Le PDG a aujourd’hui précisé que les 12 Rafale de l’armée devraient être remplacés par 12 Rafale neufs à livrer pour 2025.    Soit un total de 18 Rafale à produire, dès maintenant. 

Cette précision importante, négociée la semaine dernière avec l’État français, permet au PDG d’annoncer l’abandon total de son idée de PSE. Les discussions sur le chômage partiel continuent mais selon la direction générale il pourrait se limiter à l’établissement de Biarritz et uniquement pour le 1er trimestre 2021. La confirmation dépendra des plans de charge détaillés dans les établissements.

 

Pas d’autre nouveauté lors de cette réunion mais la direction a rappelé que :

-         - Les commandes Falcon n’ont pas repris. Le carnet de commande est faible.

-      Des postes sont disponibles à Seclin et Argonay, ceux qui sont intéressés peuvent postuler. En cas de manque de candidats, ces établissements embaucheront.

-        - Des embauches pourront reprendre, au coup par coup, suivant les besoins.

-        -  Le travail sur l’usine de Cergy continue comme prévu, elle ouvrira en 2022.

-         - Le rapatriement de travaux auparavant confiées à des sous-traitants « sur place » ou « à l’extérieur » va s’accélérer.

 

Vos élus CGT ont profité de cette réunion pour interpeller la direction générale au sujet du double discours permanent concernant « l’ascenseur social » et la « formation professionnelle » : En effet, si lors des réunions à St Cloud la direction ne cesse de vanter les possibilités d’évolution professionnelles offertes et le « haut niveau » des budgets formation, dans la réalité des établissements cela n’existe pas !  Certaines directions locales nous précisant même « qu’il faut cesser d’être naïf » quand vos élus réclament des explications !

 

 Argenteuil, jeudi 24 septembre 2020

 Déclaration préalable des élus CGT : ICI

Compte rendu CGT - 4ème réunion "mesures sociales" - mardi 15 septembre 2020
Vign_117783636_3098243310297965_467435774626521803_n